L’importance du Lifestyle en développement personnel

Vous avez tous entendu parler du « lifestyle », c’est même devenu la quête ultime pour tous ceux qui s’intéresse au développement personnel. Tout le monde en parle mais qui sait réellement ce qui se cache derrière ce mot ? Bien sur, il ne vous aura pas échappé que le terme peut se traduire par style de vie en français, ce qui au final ne nous avance pas beaucoup plus. Tâchons d’y voir plus clair.

Qu’est-ce que le Lifestyle ?

Ce terme regroupe l’ensemble des actions, des centres d’intérêt, des activités etc. qui vous caractérisent, mais aussi et surtout la façon de les faire.

On comprend facilement qu’il existe énormément de styles de vie différents. Parmi les plus connus et les plus fantasmés on retrouve :

  • la Rock Star qui respire l’indépendance et se fout de l’avis des autres, un peu tête brulée (drogues, sexe et rock and roll) ;
  • le roots qui fume des pétards, prend tout à 2 de tension, soutien l’extrême gauche et est fan des voyages pour découvrir d’autres cultures ;
  • l’homme d’affaires qui se déplace en business, sort dans les plus grands restaurants et s’habille en costume sur mesure.

Il en existe aussi des beaucoup plus banals :

  • la personne qui fait 10h de travail inintéressant par jour avant de s’avachir sur un canapé devant la télé, achète tout le moins cher possible et rêve de devenir une star du foot en buvant des canettes de bière devant un match sur Canal+ ;
  • le comptable de province, célibataire et vivant chez maman, partageant son temps libre entre son club de scrabble et la construction de maquettes en plastiques…

Évidemment ces exemples sont extrêmes mais ils permettent de mettre en valeur la pluralité de ce qu’on appelle le lifestyle. Prenons une action pour bien comprendre, par exemple acheter une baguette de pain : vous pouvez vous rendre dans la boulangerie de quartier pour chercher la meilleure qualité possible ou aller au supermarché pour chercher le prix le plus bas, vous pouvez être dédaigneux avec la vendeuse ou au contraire aimable et attentif quitte à perdre un petit peu de temps pour discuter, vous pouvez aller l’acheter vous-même ou envoyer un employé de maison à votre place…

Peut-être êtes-vous en train de vous dire : « c’est bien beau tout cela, mais pourquoi nous bassiner avec l’importance de notre lifestyle si chacun a le sien et que c’est une histoire purement personnelle ? ». Et bien tout simplement parce que celui de la majorité des gens est BANAL. Le mot est lâché. Ce qui doit vous intéresser, c’est de développer un style de vie original qui corresponde à votre personnalité. En vérité, 99% du temps (et dans la suite de cet article) lorsqu’on parle de lifestyle, on parle d’un style de vie décalé avec la norme (qui est l’anagramme de morne, simple coïncidence ?).

En effet, la plupart des gens choisissent systématiquement le choix le plus simple lors d’une action de la vie quotidienne : acheter ses vêtements en soldes chez Célio dans la galerie marchande où on fait ces courses tous les samedis, acheter des plats tout prêts, choisir un monospace quand on rêve d’un cabriolet … Ces choix ne sont pas forcement mauvais mais ils vous enfoncent dans la médiocrité et la banalité de la masse. Un choix remarquable (car original puisqu’en décalage avec la norme) serait par exemple d’acheter un roadster anglais des 60’s à la place du monospace neuf ou de faire soi-même une pizza au lieu de l’acheter chez le pizzaiolo (et dans les deux cas, vous pouvez largement vous en tirer pour moins cher !).

On s’en rend compte ici, un style de vie intéressant présente généralement un rapport service/effort plus faible que la norme. Cependant vous serez gagnant au niveau plaisir et image véhiculée.

L’importance du style vestimentaire et de la perception des autres

L’idée du lifestyle est énormément utilisée dans le domaine de la mode où souvent les marques se construisent un univers propre. Leur but est ensuite de faire croire à l’acheteur que porter leurs produits le fait rentrer dans ce monde rêvé. Regardez les pubs pour les parfums (homme musclé allongé sur le pont d’un bateau) ou les grands créateurs (hommes entourés de femmes dévêtues…), ça devrait vous sauter aux yeux.

Ceci étant dit, la logique derrière cet argument marketing est bien réelle et aujourd’hui plus que jamais l’habit fait le moine. Une rockstar en chemisette à carreau, pantalon en toile et appareil dentaire ? Un roots en costume cravate et rasé de prêt ? Un business man avec un T-shirt Metallica ? Ce n’est tout simplement pas crédible. Votre style vestimentaire ne vous procurera jamais à lui seul l’image dont vous rêvez mais il peut la détruire sans effort (du moins, sans efforts de votre part).

On arrive donc logiquement à l’image que les autres perçoivent de vous. Certes, le choix d’un style de vie est une affaire personnelle et souvent les gens vous disent : « qu’importe comment les autres me perçoivent, je fais ce que je veux comme je veux ». Mais au final ce qu’on recherche ce n’est pas la validation de notre entourage sur notre lifestyle mais la validation de notre entourage que l’on correspond au lifestyle voulu, ce qui est complètement différent (vous pouvez relire cette phrase jusqu’à ce que vous la compreniez pleinement). Complètement différent mais le regard de l’autre reste un élément indispensable. L’excuse du « je m’habille comme je veux car je ne m’intéresse pas à ce que pensent les autres » est donc une preuve de négligence envers sa propre image tout entière et pas seulement envers les vêtements.

Développer son Lifestyle

Tout cela est bien beau mais depuis le début, on prend les choses à l’envers : ce n’est pas le lifestyle qui influe sur vos décisions, mais vos décisions qui influent sur lui. Ce n’est pas en choisissant un style de vie qui vous plait que vous agirez en conséquence mais ce sont vos actions et comment vous les faites qui le détermineront. La nuance est importante.

Comme tout développement personnel, modifier son lifestyle est long et souvent fastidieux. Vous devrez sortir de votre zone de confort et expérimenter jusqu’à trouver votre vérité. Pour atteindre le style de vie de vos rêves, vous devrez retravailler toutes vos actions. A chaque fois, demandez-vous quelle image vous renvoyez et comment vous pourriez modifier cette image pour coller avec vos souhaits. Gardez bien à l’esprit que toutes les actions ou vous devrez réfléchir pour savoir si vous devez les faire et comment les faires n’appartiennent pas vraiment à votre lifestyle. C’est quand vous les aurez intégrées de façon naturelle que les actions créeront votre lifestyle.

>> Réagir sur le forum

Talon-Rouge

4 réponses à L’importance du Lifestyle en développement personnel

  1. max 3 février 2011 à 21 h 24 min #

    tout ça est bien beau, mais je pense que les difficultés sociales d’aujourd’hui ( crises, taxes,…) ne nous permettent pas d’avoir ce qu’on veut, à moins d’être dans un milieu à piston, on est tous contraints à choisir une vie inintéressante comme tu dis parce qu’on est obliger de survivre, c’est malheureux, mais c’est difficile de s’en sortir.

    sinon ton article, est ce une façon implicite d’inciter au relooking ( argument marketing ) ???

    • admin 6 février 2011 à 13 h 35 min #

      Bonjour max,

      Il faut considérer les difficultés sociales comme une composante normale et non pas comme une excuse pour ne pas redoubler d’efforts. Je me souviens que ma mère disait souvent : « Avec cette conjoncture, les affaires sont très difficiles. » Elle a répété cette phrase pendant 15 ans et pourtant elle a réussi à faire prospérer ses affaires d’une manière extrêmement respectable. Elle a considéré que le fait que se soit dur soit un principe de base et que le challenge se trouvait ailleurs. Elle a donc fait en sorte d’y arriver.

      De plus ton argumentation tient plus de l’excuse que d’autre chose : la crise de quoi ? vis à vis de qui ? dans quels contextes ? dans quels secteurs ? Différentes crises interviennent dans différents secteurs de manière quasi constante, est-ce une raison pour baisser les bras et accuser les éléments extérieurs ? Est-ce aussi une façon de ne pas faire l’effort de trouver des solutions alternatives (se rendre indispensable, lancer son entreprise, trouver un nouveau job, changer de secteur, investir….).

      Pour le milieu à piston : on est la aussi face à une croyance limitante de ta part. En quelques mois mon entreprise est passée dans les plus gros médias de France (Arte, NRJ12, Direct 8 et bientôt M6) et mon livre édité par une maison d’éditions sérieuse sortira le 4 avril 2011 dans les fnacs, librairies et sur Amazon. Et tu sais quoi ? Je ne connaissais pourtant pas UNE SEULE personne étant dans le milieu des médias ou de l’édition. J’ai frappé à toutes les portes comme un grand et j’ai esquissé des dizaines de refus avant de concrétiser pour la première fois. Mes projets suivants se sont ensuite concrétisés car j’ai beaucoup travaillé pour et parce que j’ai été bon dans ce que j’ai faisais.

      Pour ce qui est du relooking, on démontre que l’apparence est importante et qu’il faut s’habiller avec un minimum de style pour renvoyer une image positive autour de soi. Relooking ou pas relooking, tu es libre de faire ce que tu veux.

      Alexandre.

  2. Guillaume 12 février 2011 à 17 h 11 min #

    J’ai trouvé ta réponse très pertinente. On se donne souvent de fausses excuses pour ne rien faire. J’aimerais bien voir la réponse de max, s’il passe par là. A bientôt

    Guillaume

  3. Romain (Décodeur) 21 avril 2011 à 9 h 34 min #

    A propos de l’image dégagée sur autrui et la façon dont cette personne nous perçoit, il est clair que la tenue vestimentaire à toute son importance. Sur ce sujet, il est également possible de faire un parallèle où, dans certaines professions, un uniforme spécifique (donc la tenue) est obligatoire car elle est souvent indissociable du corps de métier. En général, cette tenue représente l’autorité de la profession. Je pense notamment aux médecins et leur blouse blanche, les militaires et leur uniforme. Sans cette tenue spécifique, l’image perçue de la profession ne serait pas crédible et toute l’influence liée au statut de la profession serait perdue.

Laisser un commentaire