gerer-son-stress

Envie de vivre longtemps ? Voici comment gérer votre stress…

Ah, le stress… le mal de notre siècle.

Nous en sommes tous familiers. Nous devons traiter avec lui n’importe quand, que l’on soit seul ou en groupe. Le stress nous accompagne où que l’on aille, et parvenir à se détendre est devenu un défi. Nous avons peur de nous et des autres : peur de paraître stupide, d’échouer, de mourir. Ça n’en finit pas. Vous luttez pour ne pas devenir fou, parce que vous savez que certains pètent vraiment les plombs.

Le stress a toujours été vu comme un problème. Un déclencheur de maladies. Une perte de vos capacités et de contrôle. Un déclencheur de panique et  d’anxiété.

Jusqu’à maintenant.

25 phrases de drague anglophones osées, voire CHOQUANTES

Comment Séduire LA Femme ?

Nous avons créé une Masterclass Spéciale où tu vas découvrir :

  • La règle absolue qui permet d'attirer inévitablement une femme à toi en hackant la Psychologie Féminine
  • Comment devenir un aimant naturel à femmes en suivant un plan SIMPLE qui te fera GAGNER EN CONFIANCE
  • Les 4 erreurs qui empêchent les débutants de séduire une fille et d'être en couple avec la femme de leurs rêves...
  • Un condensé de 10 ans d'expérience dans le domaine de la séduction, des relations et de la psychologie
  • Pour y accéder gratuitement, il te suffit de remplir les informations ci-dessous :

    arrow-circle-right

    Une conférence récente TED baptisée « Comment faire du stress votre ami » a apporté une toute nouvelle conception des tensions qui nous envahissent au quotidien. Une conception qui prend à contre-courant tout ce que vous avez su du stress et qui pourrait changer la donne en psychologie dans les années à venir.

    Nous allons voir en quoi ces perspectives apportent une toute nouvelle lumière sur le sujet. Vous allez découvrir ce qui se révèle être un des meilleurs atouts à votre disposition.

     Le stress prend le visage qu’on lui donne

    Revoyons brièvement la vision traditionnelle d’un évènement de stress :

    • Le stress fonctionne comme un cycle. Par votre interprétation, votre mental va envoyer des informations dans tout votre corps qui se mettra à réagir, générant un état de tension. Généralement cela se déclenche à partir d’une situation dans laquelle nous nous sentons en danger. Cette situation peut par exemple compromettre notre survie propre ou notre individualité (d’où le fait d’accorder de l’importance à sa réputation). L’état de stress se manifestant dans votre chair, vos sens renverront des perceptions de tension à votre cerveau, créant ainsi une boucle sans fin de nervosité. Cette nervosité va s’accumuler en vous : vos sens s’affolent, et si vous ne parvenez pas à vous calmer rapidement, vos barrières immunitaires s’abaissent et vous rendent plus vulnérable. Des dysfonctionnements pourraient se produire, notamment au niveau cardiovasculaire.

    Kelly McGonigal, auteur de la conférence TED, critique cette manière d’analyser le stress comme un danger créateur de dysfonctionnements.

    Les gens qui avaient connu beaucoup de stress durant l’année précédente avaient 43% de risque supplémentaire de mourir. Mais ce n’était vrai que pour les personnes qui croyaient que le stress était mauvais pour leur santé. Les chercheurs ont estimé que sur les huit années pendant lesquelles ils ont suivi les décès, 182 000 Américains étaient morts prématurément, non pas de stress, mais de la croyance que le stress est mauvais pour eux. Cette étude m’a donc poussée à me demander : est-ce que changer notre façon de percevoir le stress pourrait nous donner une meilleure santé ? Et là, la science répond oui. Lorsque vous changez d’avis à propos du stress, vous pouvez modifier la réponse de votre corps au stress.

    Cette étude souligne un élément important : votre corps répond à vos pensées.

    Le stress est inconfortable, mais il peut être plus invivable encore si vous êtes convaincu qu’il vous détruira à petit feu.

    McGonigal est catégorique : nous créons notre tension. Ainsi, persuadez-vous d’être victime d’un phénomène susceptible de vous tuer et vous risquez réellement de mourir sous une nervosité trop forte.

    Prendre soin de son corps a longtemps été délaissé dans notre éducation. Une des causes vient de notre héritage chrétien, qui valorisait l’âme, pure, au détriment du physique, pervers et sale. Heureusement nous prenons conscience depuis quelques années déjà que le bon entretien de son corps permet de garantir une meilleure santé et le bien-être au niveau du mental.

    Le stress n’est pas votre ennemi

    Qu’en serait-il si vous les voyiez comme des signes que votre corps a été stimulé, pour vous préparer à relever ce défi ? Ce cœur qui bat la chamade vous prépare à l’action. Si vous respirez plus vite, il n’y a aucun problème. Ça apporte plus d’oxygène à votre cerveau. Lorsque les participants ont perçu leur réponse au stress comme utile, leurs vaisseaux sanguins sont restés détendus. Leur cœur battait toujours la chamade, mais c’est un profil cardiovasculaire beaucoup plus sain. Ça ressemble en fait beaucoup à ce qui passe dans les moments de joie et de courage. C’est mon corps qui m’aide à relever ce défi. Lorsque vous percevez le stress de cette façon, votre corps vous croit, et votre réponse au stress devient plus saine.

    Tandis que le stress était vu jusqu’à présent comme un handicap, McGonigal nous invite à le voir comme un allié.

    Si avez tendance à bouillir de l’intérieur comme une cocotte-minute à la moindre tension et contrariété, apprendre à désamorcer la situation en revoyant le rôle du stress qui se manifeste en vous… pourrait bien sauver votre vie.

    Pour reprendre un dicton, on ne combat pas le feu avec le feu. Ainsi on ne doit pas lutter contre le stress, mais avec le stress.

    • Vous avez le choix d’accueillir votre fébrilité comme une énergie à votre service, ou la laisser prendre le dessus.

    Ce qui est terrible, c’est que lorsqu’on est victime à répétition de montées de tensions et d’anxiété (comprenez que nous ne parlons pas de véritables maladies pathologiques mais d’états que nous avons engendré), nous les croyons associées à notre être : parce que cette nervosité devient « normale », elle ferait partie intégrante de notre personnalité. On se qualifie alors de « grand anxieux » ou de « faux calme », on se catégorise.

    C’est l’un des pires châtiments à se faire subir car vous êtes persuadé de ne pas pouvoir changer, puisque c’est ce que vous êtes. Ainsi vous accepté d’être traité comme un handicapé émotionnel, cherchant un remède miracle ou le meilleur psychiatre pour se remettre sur les bons rails, ou tombant dans la dépression.

    Il suffirait pourtant d’une seule chose pour vous sauver : accepter le stress. Vous n’êtes pas obligés de le subir. Le stress dépend de votre conception. Accueillez-le, et cessez de vous juger sévèrement sur ce que vous ressentez et la manière dont réagit votre corps.

    Une grande manifestation de la nervosité est en fait un bon signe : votre corps ne fait que s’adapter pour vous préparer à l’épreuve, pour faire face à une situation périlleuse.

    Il n’est pas facile de le comprendre, en effet. Mais ce qui se produit en vous n’est pas une tare : il ne s‘agit que signaux vous indiquant qu’il faut passer à l’action. On n’a jamais « trop de pression », on refuse surtout de la supporter.

    • Ce stress est un comme une alarme d’une maison qui a pris feu, et vous devez en sortir.

    Vous en êtes capable de faire du stress votre ami si vous acceptez que toute forme de nervosité et de panique n’est pas un signe de faiblesse mais une réaction normale face aux enjeux. Vous êtes impliqué et il faut répondre en conséquence.

    Acceptez ainsi d’être stressé et croyez en vous-même pour dépasser cette nervosité.

    • Que va-t-il arriver lorsque vous cessez de voir le stress comme un phénomène néfaste et mortel ? Vous allez découvrir une nouvelle manière d’apprécier la vie de tous les jours ; vous parviendrez à dépasser vos peurs. Et vous essaierez d’accomplir des choses que vous n’avez jamais osé entreprendre : lancer votre carrière, séduire davantage, vous ouvrir au gens.

    Le stress rend social

    Quand l’ocytocine est libérée durant la réponse au stress, cela vous incite à chercher de l’aide. Votre réponse biologique au stress vous pousse à exprimer vos sentiments à quelqu’un au lieu de refermer le couvercle dessus. Quand la vie est difficile, votre réponse au stress veut que vous soyez entouré par des gens qui se soucient de vous. L’ocytocine agit aussi sur votre corps, et l’un de ses rôles principaux dans votre corps est de protéger votre système cardio-vasculaire des effets du stress. Cette hormone du stress renforce votre cœur, et le truc cool, c’est que tous ces bénéfices physiques de l’ocytocine sont renforcés par des contacts sociaux et le soutien social. Ainsi, lorsque vous tendez la main aux autres en situation de stress, soit pour demander de l’aide, soit pour aider quelqu’un d’autre, vous libérez plus de cette hormone, votre réponse au stress devient plus saine, et en fait vous récupérez plus rapidement du stress. Je trouve cela extraordinaire, que notre réponse au stress ait un mécanisme intégré de résistance au stress, et que ce mécanisme soit les relations humaines.

    Avez-vous cherché de l’aide dans une situation de stress ? Ou de la compagnie avec qui parler, décharger un peu de votre tension ?

    Il est plus facile de socialiser et de nous apporter mutuellement de l’aide lorsqu’on est face à une épreuve ou un « ennemi » commun.

    McGonigal précise les chiffres d’une autre étude peu après cette déclaration : les risques de décès par fort stress augmentent de 30%. Mais ces risques sont nuls concernant les personnes qui ont passé du temps avec leur famille, leurs amis, et leurs voisins. Avoir une présence avec qui se confier, demander conseil ou simplement profiter de bons moments sauve des vies, et aujourd’hui la science l’a officiellement prouvé.

    Si vous êtes face à une situation de stress et que vous êtes seul, il est absolument important que vous cherchiez de la compagnie, que vous vous tourniez vers les gens.

    • Renouez contact avec des amis que vous avez perdu de vue.
    • Demandez de l’aide à des personnes qui vous semblent qualifiées.
    • Cherchez à développer votre vie sociale et à découvrir de nouveaux individus afin de vous créer des opportunités.

    Ce qu’il faut retenir :

    Voici ce qu’il est bon de savoir pour vous vivre mieux et peut-être plus longtemps :

    • Le stress n’est pas mortel, et il n’est pas votre un ennemi juré. Il vous garantit énergie et concentration afin de résoudre votre problème.
    • Votre corps est d’une importance majeure pour vous faire comprendre ce qui ne va pas. Savoir simplement cela vous rendra davantage conscient de ce qui différencie le stress positif (par l’excitation et l’adrénaline) de l’anxiété, véritable tueuse de votre santé.
    • Le fait que le stress rend sociable prouve qu’il est un bon phénomène.

    Acceptez d’être stressé et comprenez que cet état de nervosité, si vous l’accueillez volontiers, ne vous fera plus souffrir.

    Pour conclure, le stress doit être une épreuve à ne pas fuir : il vous rapproche des gens, vous force à bouger.

    A noter aussi que le stress n’est pas l’anxiété, car l’anxiété indique que vous vous focalisez sur ce qu’il n’est pas possible de faire, tandis que le stress vous incite à essayer plusieurs choses afin de remédier à la situation dans laquelle vous êtes empêtrés.

    Et vous, quelle a été votre relation avec le stress jusqu’à présent ? Venez nous le dire avec un commentaire.

    Par Charles.

    2 réponses à Envie de vivre longtemps ? Voici comment gérer votre stress…

    1. olivier 30 avril 2014 à 11 h 33 min #

      C’est une manière intéressante de présenter les recherches actuelles sur la bonne gestion du stress.

    2. Des Bons Parents 16 mai 2014 à 6 h 59 min #

      C’est une manière intéressante de présenter les recherches actuelles sur la bonne gestion du stress.

    Laisser un commentaire