Le Leadership : Pourquoi devez-vous le travailler ? | Lifestyle Conseil
Le Leadership : Pourquoi devez-vous le travailler ?

Le Leadership : Pourquoi devez-vous le travailler ?

Voulez-vous devenir un leader ? Voulez-vous guider, diriger un groupe, une équipe, une entreprise ?

Il existe plusieurs manières de mener, plusieurs leaderships. Et le sujet est vaste.

Cependant il est essentiel d’en parler, surtout que le leadership est partout : aussi bien dans la sphère professionnelle qu’avec votre famille et vos amis. Nos relations ont toujours un rapport de dominant à dominé qui, bien qu’il ne régisse pas toutes nos interactions, détermine la façon dont nous nous comportons dans la vie de tous les jours.

Comment s’engager alors sur la voie du leader ? Ces trois indications vous aideront à rassembler des personnes prêtes à vous soutenir dans votre vie et vos projets. Mais attention : un bon leader doit savoir respecter les membres de son équipe.

Pour devenir un bon leader, rassemblons.

Un leader doit savoir attirer les gens et les unifier.

Pour cela il lui faudra se mettre au service des individus. En effet, un leadership efficace implique qu’il existe une relation de symbiose entre le dirigeant et les dirigés.

Comment créer cette symbiose ?

Vous avez tout d’abord besoin de définir un intérêt commun, qui mette tout le monde d’accord. Cela doit être un objectif doté d’un délai délimité, la bonne mise en marche d’un projet qui vous réunit.

Reconnaître et définir cet intérêt partagé vous placera dans les prémices du leadership, sur le court-terme. C’est tout à fait normal : un intérêt n’est pas fait pour durer, au fur et à mesure que le temps passera, le membres du groupe seront portés par de nouvelles attractions.

Comment consolider les liens de votre groupe ? En faisant évoluer les intérêts par des valeurs communes.

Réussissez cette transition et vous aurez une équipe dynamique, se projetant dans le futur. Les uns s’appuieront aux autres et vous suivront au long terme.

Pour définir ces valeurs, il vous faut reconnaître d’égal à égal les individus avec qui vous traitez. Comprenez leurs désirs, leurs émotions, et ce qui importe le plus à leurs yeux. Faîtes répondre vos propres principes aux leurs : vous créerez une forte proximité.

  • Soyez toujours ponctuel. Si vous ne pouvez pas être à l’heure, prévenez.
  • Acceptez de prendre l’initiative et les décisions, pour rassurer vos collègues.
  • Soyez franc, honnête, et direct.
  • Encouragez, motivez, et félicitez-les.
  • Restez disponible.

Soutenez les gens, incitez vos pairs à se serrer les coudes. Lorsqu’une communauté se retrouve confrontée à une situation difficile, elle tendra naturellement à s’en remettre à un individu fort, prêt à les réunir et à leur donner un but.

Prenez par exemple l’histoire de Ben Horowitz, qui réalisa que son entreprise allait droit dans le mur suite à un mauvais départ stratégique : l’unique solution  fut  de demander à ses employés de travailler avec lui 7 jours sur 7. Non seulement ils acceptèrent, mais il se créa une synergie sans pareille qui permis de redresser brillamment la situation. Après avoir réussi ce défi, son équipe lui avoua que cette période fut la meilleure expérience qu’ils avaient vécue.

Cela vous paraît peut-être incorrect de profiter de ce genre d’opportunité, mais je vous encourage à changer de perspective : un groupe en danger, physiquement ou intellectuellement, soit se dissout, soit désigne un « chef ». Ce chef peut-être vous si vous décidez d’agir. Si ce n’est pas vous, un autre prendra la place. L’enjeu sera après de savoir si l’individu qui vous a supplanté était mieux qualifié que vous. Ou peut-être auriez-vous accompli un meilleur travail.

On ne parle pas ici que de leadership dans la sphère professionnelle. Supposons que vos camarades, jusqu’alors en parfaite entente, commencent à se montrer hostiles les uns des autres pour une histoire insignifiante, et font pâtir l’ensemble du groupe. Qu’allez-vous faire ? Choisissez-vous de les laisser aller au bout de leur confit, avec les dommages collatéraux que cela implique ? Car, soyez-en sûr, il y en aura.

Bien souvent, une mésentente entre deux membres du groupe peut faire boule de neige et entraîner un chaos qui séparera définitivement vos amis. Et vous serez seul, parce que vous avez décidé de laisser une mauvaise phase prendre de l’ampleur, alors qu’elle aurait pu être ménagée. Ne fuyez pas une opportunité d’étendre vos responsabilités, au nom de l’intérêt collectif.

Être un leader, c’est avoir plus de responsabilités, donc de l’importance. Ne vous mettez jamais sur un piédestal, sinon on vous tournera le dos. Ce n’est pas que du pouvoir. Cela implique une éthique à respecter et des obligations. Mais il s’agit également d’avoir plusieurs possibilités d’améliorer votre vie et la vie de chacun. Vous pouvez essayer de prendre les choses en main et d’incarner la cohésion du groupe.

Ne pas diviser pour mieux régner, mais rassembler pour mieux guider.

L’état d’esprit du leader

Si vous aspirez à être un leader d’une équipe ou d’un groupe d’amis, vous avez besoin de définir votre but.

Si vous voulez faire la différence en tant que leader, que ce soit au travail ou pour être un meilleur ami avec votre groupe… commencez par savoir pourquoi vous le feriez. Pourquoi souhaitez-vous accomplir « ce » projet, avec votre équipe ?

Ce trait est d’une importance majeure : il vous faut des raisons qui justifient votre démarche. Les personnes susceptibles de croire en vous et de vous rejoindre ont besoin de savoir ce qui se cache en vous : quel désir profond vous anime et vous fait vous lever tous les matins. Pourquoi faîtes-vous cela ?

Vous devez chercher ces réponses. Cherchez vos motivations. Vous n’avez pas à les justifier à tout le monde, mais montrez que vous incarnez votre but. C’est ce qui caractérise l’énergie des leaders qui ont su le mieux inspirer : la vitalité de Martin Luther King, ou l’opiniâtreté de Steve Jobs.

Montrez cette énergie qui vous habite, cette énergie cultivée par vos valeurs et vos croyances.

Quelles sont vos croyances ? Pour quelle cause êtes-vous prêt à lutter ?

La croyance s’articule avec vos principes. En effet :

  • Vos principes sont votre bien le plus précieux. Ils définissent votre intégrité et votre liberté intellectuelle.
  • Trouvez ce qui a de plus cher à vos yeux : quelle qualité éveille en vous le plus d’émotion ?
  • Choisissez les attitudes les plus honorables, et rejetez celles qui vous écœurent.
  • Articulez toujours vos valeurs sur le respect de la vie, la santé et le bonheur commun. Visez des valeurs qui vous dépassent.
  • Laissez partir tout sentiment de domination et de vengeance : vous récolterez ce que vous aurez semé…

Avec vos principes viendront vos croyances. Et une bonne croyance est une garantie vers un leadership réussit et une vie heureuse.

C’est en croyant en soi-même que l’on abolit les barrières. Vous pourriez avoir une situation financière difficile, ne pas être diplômé, ou commencer seul. Si vous croyez en vous et que vous mettez tout en œuvre pour agir en tant que leader responsable :

  • Vous aurez l’énergie, la volonté, et ainsi la faculté d’être productif grâce à votre état d’esprit.
  • Vous voudrez mieux cibler vos dépenses et faire des économies.
  • Vous allez vous ouvrir aux gens et vous inspirer des personnes qui ont su réussir en partant comme vous avec peu d’atouts.
  • Vous allez développer vos compétences avec l’internet, les librairies, vos mentors, et ainsi devenir mieux savant et débrouillard que la plupart des bac +5
  • Vous finirez par vous créer des opportunités grâce à votre cran et votre autonomie, et séduire votre entourage, jusqu’à constituer votre équipe.
  • Vous aurez prouvé que réussir ne dépend pas des conditions de départ, mais de votre capacité à adopter une perspective plus positive, et initiatique.

Croire en vous vous fera réussir.

Comment avoir un discours de leader

Le langage parlé constitue de loin le moyen de communication le plus puissant du leader.

Vous aurez besoin de trouver les mots justes pour partager votre message.

Par la culture avec les médias et la lecture, vous apprendrez à mieux vous exprimer et à formuler votre discours. Procurez-vous Le Prince de Machiavel : saviez-vous qu’il est l’ouvrage le plus communément lu des jeunes entrepreneurs ? Il y a de bonnes raisons : une écriture de qualité mais, surtout, des leçons de leadership qui s’appliquent toujours à notre époque. De plus, Machiavel se voit regagner petit à petit ses lettres de noblesse. Jadis méprisé et considéré comme un être abject et diabolique, nous reprenons conscience de qui il était réellement : un intellectuel patriote et responsable, soucieux du bien-être de son pays.

 Cherchez aussi des modèles qui vous inspirent et qui ont démontré leur aisance à tenir des conférences devant un public : je vous recommande des professeurs, artistes, et politiciens anglophones, entraînés à donner de l’émotion et communiquer leur énergie. Mais cela dépend surtout de quel genre d’orateur vous aspirez devenir. Les bons modèles sont partout et faciles à découvrir, à vous de les choisir.

Utilisez également les symboles, les exemples les images, et les histoires. Nous aimons tous le représentatif, ce qu’un objet ou un fait peut évoquer. Profitez-en pour illustrer vos arguments :

« Je me rappelle d’une histoire pour enfant, cela se passait dans le Savane d’Afrique. Le village honorait le jeune héros devenu adolescent qui se préparait à lancer une chasse rituelle dans laquelle il lui fallait tuer un lion. Il en trouva un blessé, incapable de bouger, et le prédateur le regardait comme s’il acceptait la situation et la mort qui viendrait bientôt le prendre. Après avoir réfléchi longtemps, le jeune homme refusa de l’achever dans un combat sans honneur, et du ainsi renoncer à être un guerrier. Rejeté par son village, il fut assigné à l’élevage des bêtes. Mais durant les années qui suivirent, aucune bête ne fut attaquée des lions, et notre héros vécu sa vie avec fierté. »

  • Les ennemis ne sont pas, forcément, vos ennemis.
  • Aidez vos adversaires et vous pourriez en tirer avantage.
  • Vivez selon vos valeurs et non sur les attentes des autres.

L’humour est aussi un atout de taille : il est important de savoir faire des mots d’esprit et de jouer sur les situations cocasses. Vous paraîtrez ainsi chaleureux et plus accessible. Grâce à l’humour, vos collègues verront le futur positivement. Vous partagez votre bonne influence, lorsque chacun d’entre eux, une fois rentrés, raconteront à leurs famille la blague que vous leur avez faîte aujourd’hui !

Mais je ne suis pas quelqu’un de drôle, je ne sais pas faire rire…

C’est dramatique.

Non, en réalité, l’humour est une pratique. Et parfois, jouer avec quelques astuces vous facilitera bien la vie. En voici deux :

  • L’humour anglais : ce n’est pas un a priori, on n’a rien contre les anglais. Mais s’il fallait définir cet humour, ce serait « des personnes intelligentes qui font des choses idiotes ». Prenez-vous en dérision ! On imagine le leader toujours sérieux, et dur. Surprenez vos collègues lors de votre discours par exemple sur un bilan trimestriel en racontant que vous avez mangé un hot-dog ce midi au goût affreux, tellement affreux que cela vous rappelle la fois où vous étiez coincé dans l’ascenseur, vous savez, celui où on a trouvé un rat la semaine dernière…

Il n’est pas nécessaire que ce soit tordant de rire, de faire des jeux de mots à la Raymond Devos ou des grimaces de Courtemanche. Un simple humour décalé peut apaiser l’atmosphère et réveiller vos collègues du quotidien.

  •  Votre blague a fait un flop ? Admettez-le et montrez savamment que malgré vos efforts, vous êtes condamné à être un pauvre dirigeant incapable d’être drôle. Bien sûr, nous parlons toujours de dérision : soyez léger, ne vous prenez pas trop au sérieux ! Votre équipe vous prendra un peu en pitié avec le sourire, et vous appréciera pour avoir essayé.

Votre véritable rôle :

Le leadership consiste à convaincre les autres de suivre une direction qu’ils ne suivraient pas tous seuls.

Le leader EST le groupe. Le groupe est un tout, il reflète l’ensemble des volontés de ses membres. Et vous en êtes le garant.

Selon vous, quel est le secret important pour être un bon leader ? Partagez votre expérience en nous envoyant un commentaire !

Par Charles,

Expert des grimaces.

3 réponses à Le Leadership : Pourquoi devez-vous le travailler ?

  1. Ahmed Ag Mohamed 4 juin 2017 à 18 h 30 min #

    Je crois qu’en tant que un leader que chacun a le potentiel d’être un leader et d’avoir une influence positive envers les gens qu’il rencontre et surtout un leader doit avoir un vrai désir de servir son entourage enfin d’être efficace

    • Charles 10 juin 2017 à 14 h 29 min #

      Absolument Ahmed, c’est la base même du leadership !

      • Ahmed Ag Mohamed 10 juin 2017 à 15 h 45 min #

        Merci Charles ! c’est mon adresse mail nous pouvons garder contact enfin de travailler ensemble, je suis guide touristique à Tombouctou, Mali ( Afrique de l’ouest)

Laisser un commentaire