SchwarzeneggerJan2010

10 leçons de vie de Arnold Schwarzenegger

Qui ne connaît pas Arnold Schwarzenegger ? Question rhétorique !

Ce personnage haut en couleur est connu partout dans le monde, et pour cause : sa vie est, on peut le dire, hors du commun. Tout est hors norme chez Arnold : sa taille, son physique, son ambition, ses réussites…

Arnold fait partie de ceux qui ne s’arrêtent pas à ce que disent les autres en terme de possibilités. Il a fait son propre chemin, il a réussi là où on lui a dit et répété que ce serait impossible.

Dans cet article j’ai décidé de vous partager 9 leçons que j’ai tiré de sa vie ainsi que les 10 principes qu’il souhaite transmettre. Appliquer ne serait-ce qu’une de ces leçons peut déjà vous changer l’existence.

1/ L’homme qui rendait les excuses obsolètes

Venir d’un petit village d’Autriche, être sans le sou, s’il y en a bien un qui devait avoir des excuses pour rater sa vie, c’est bien lui. A t-il utilisé des excuses pour échouer ? Non. A-t-il remué ciel et terre pour atteindre ce qu’il voulait ? Je pense qu’on peut dire que oui.

Lorsqu’on lit son autobiographie, on peut penser à notre propre vie et jeter à la poubelle toutes nos fausses excuses définitivement.

Vous avez des buts mais vous pensez que vous êtes trop petit, trop gros, trop moche, trop bête ou que vous ne méritez pas de réussir ? Tout cela est vrai du moment que vous le croyez. C’est dommage, non ?

Eliminez toutes vos excuses parce qu’il n’y a AUCUNE excuse valable pour ne pas vivre la vie de ses rêves : ni l’argent, ni le temps, ni le physique, ni l’intellect. La seule personne que vous convaincrez avec vos excuses, c’est vous-même.

Comme l’a dit Franklin D Roosevelt :

« Les gagnants trouvent des moyens, les perdants des excuses. »

2/ La persévérance paie

« Plus on skie, mieux on skie. Plus on bouge, plus le corps se bonifie. Je crois au travail acharné : recommencer les choses inlassablement, ne s’arrêter que quand tout est au point. » Arnold Schwarzenegger

Lorsqu’il a pris le rôle du Terminator, Schwarzenegger a dû s’entraîner des heures, des heures et encore des heures à « robotiser » son comportement, ses paroles, afin de ne laisser transparaître aucune émotion. On peut d’ailleurs dire que le résultat est bluffant. Mais cela, il l’a obtenu avec une persévérance hors du commun, en répétant encore et encore. Ainsi, tout est devenu automatique et il a joué son rôle avec brio.

Il a appliqué la même persévérance au culturisme : il était extrêmement assidu et sa persévérance a payé. Il a fini Mister Olympia 7 fois, ce qui a fait de lui le bodybuilder le plus couronné de titres de son époque.

Acquérir une nouvelle habitude, un nouveau comportement, est difficile.
Que ce soit pour faire du sport, changer d’alimentation, cesser de fumer, lire quotidiennement, quand on commence seulement à le faire, c’est difficile puisque l’inconscient adore les habitudes et déteste le changement.
C’est à coup de persévérance qu’on se construit la vie de nos rêves, alors essayez jusqu’à ce que vous échouiez. A partir de là, essayez encore et encore jusqu’à atteindre votre but.

3/ Le pouvoir de la visualisation

Lorsqu’il poursuivait ses rêves, Arnold utilisait toujours la visualisation. Il s’imaginait comment il serait une fois qu’il aurait gagné le titre de Mr Olympia, ce qu’il ressentirait, à quoi il ressemblerait, la sensation d’être sur l’estrade, d’être le numéro 1.

La visualisation est hyper importante, on sait maintenant qu’elle a un pouvoir surpuissant. Les sportifs de haut niveau l’utilisent pour augmenter leur performance. Il est dingue de penser que, sans rien faire physiquement, on peut augmenter nos performances dans n’importe quelle activité, physique comme mentale. Cela peut-être une course comme un sprint, jouer aux fléchettes, un discours, la musculation

Passer plusieurs minutes par jour à visualiser une pratique, un but accompli, vous garantit de progresser encore plus vite et a fortiori de l’atteindre.

C’est à coup de régularité et donc de persévérance que cela fonctionnera, il ne s’agit pas de visualiser votre réussite tous les 36 du mois.

4/ Une nouvelle vision de l’échec

L’échec n’est pas une honte. L’échec n’est pas à éliminer.

Pour Arnold, l’échec est inéluctable. Si on a peur de l’échec, forcément on ne tente rien. Alors c’est sûr, on ne rate rien, par contre on s’ennuie et on ne réussit strictement rien.

« Le succès, c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme. » Winston Churchill

Vous connaissez probablement Walt Disney. C’est l’homme qui a échoué 301 fois.

En effet, la banque a refusé 301 fois de traiter avec lui. A-t-il abandonné ? Non !

Il a continué, et c’est la banque d’après qui a accepté de traiter avec lui.

Vous voyez ce que ça a donné par la suite. Arnold a aussi échoué plusieurs fois, il n’est pas devenu Mr Olympia du premier coup. Sauf qu’il a considéré cet échec comme une leçon qui l’a fait redoubler de persévérance, pas comme un échec inéluctable et définitif.

Tout dépend votre manière de voir l’échec.

En soi, l’échec n’est rien, par contre si vous voyez l’échec comme un ratage irréversible, alors ce sera le cas parce que vous le voyez comme tel et que vous vous fixez vos propres barrières.
Lorsqu’on échoue, la meilleure attitude à adopter est « Quelle leçon je tire de cet échec ? »
Ainsi on constate que l’échec n’existe pas, on tire toujours quelque chose d’utile, il suffit de mettre les bonnes lunettes.

5/ La magie de voir grand

Il ne s’est pas contenté de devenir un bon bodybuilder ou un bon acteur.
Il a décidé de faire partie des meilleurs. Il a terminé premier à M. Olympia plusieurs fois, il a tourné dans des films avec le plus gros budget de leur époque.
C’est la vision à l’américaine, certes, on adhère ou non, toujours est-il que lorsqu’on voit grand, on se permet de se hisser au sommet et ce quel que soit le domaine dans lequel on veut briller.

« De mon point de vue, la seule manière de devenir quelqu’un d’important, c’est de se prendre au sérieux et de se bouger les fesses. Si vous ne croyez pas en vous, pourquoi les autres le feraient-ils ? » Arnold Schwarzenegger

Je ne peux pas le dire plus clairement que lui : si vous ne croyez pas en vous, personne ne le fera à votre place.

Vous êtes l’unique responsable de ce qui se passe dans votre vie, assumez ce fait et soyez légitime de cette responsabilité en créant la vie qui vous inspire.

6/ L’importance de l’optimisme

« On peut se faire un monde de tout et toujours trouver des côtés négatifs. Plus vous en savez sur quelque chose, moins vous avez envie de le faire. Si j’avais tout su de l’immobilier, du cinéma ou du culturisme, je ne ml’y serais jamais lancé. C’était la même chose pour le mariage : je ne m’y serais jamais engagé si j’avais su tout ce par quoi il faut passer. Tout ça, c’est des conneries ! » Arnold Schwarzenegger

Arnold a toujours été optimiste par rapport à son avenir, à ses rêves. Il n’a jamais envisagé la possibilité d’échouer, et même s’il est passé par des échecs, il est toujours parvenu a ses fins.

Être optimiste conditionne notre cerveau à voir tout événement du bon côté, et forcément cela agit comme une prophétie auto-réalisatrice.

La méthode Coué en est un très bon exemple : « Tous les jours et à tous points de vue, je vais de mieux en mieux. »

Ca marche vraiment, c’est garanti sur facture, alors pourquoi s’en priver ?

7/ Faire du sport

Arnold a non seulement brillé en culturisme en se construisant un corps exceptionnel, mais en plus il a contribué à développer l’importance du sport et notamment de la musculation auprès de la jeunesse américaine.

Nous le savons tous, le sport est important pour la santé physique et mentale.

Il permet d’avoir une meilleure qualité de vie, de vivre plus longtemps et en meilleure santé. De plus il permet de tisser des liens avec des personnes, que ce soit lors de la pratique (salle de musculation, sport collectif, événements…), ou simplement avec des personnes qui partagent votre passion (au travail, en soirée, en famille…).

Le sport participe également au bien-être par la synthèse d’endorphines, et diminue donc les sensations de douleur et de stress.
Pour Arnold, le sport a été le tremplin vers ses rêves, cela lui a permis de s’accomplir. D’autre part, notre corps est fait pour bouger, et on peut tellement faire de choses avec : grimper, courir, nager, sauter, soulever,… Alors, vous attendez quoi ?

8/ Protéger l’environnement

Arnold a beau être le rêve américain incarné (jet privé, Hummer…), il a pris d’énormes mesures pour la protection de l’environnement dans le but de lutter contre le réchauffement climatique et la pollution.
Il a visé un développement des énergies alternatives et propres avec par exemple une expansion considérable des panneaux solaires (avec notamment son objectif de 1 million (!) de toits solaires).

On constate que les écologistes sont souvent catégorisés de marginaux, d’idéalistes, de bobos écolos. Cette caricature est pourtant effarante, l’enjeu environnemental est primordial et il est effrayant de constater que le peuple soit aussi indifférent quant à la protection de l’environnement.

« Quand le dernier arbre aura été abattu, la dernière rivière empoisonnée et le dernier poisson péché, alors l’ homme s’apercevra que l’argent ne se mange pas » Sagesse indienne

Ce proverbe résume pour moi l’essentiel : la Terre est notre maison, il est insensé de la pourrir, d’utiliser masse d’antibiotiques, d’engrais, de pesticides, d’utiliser autant d’énergies polluantes. Nous nous tuons nous-même à petit feu ! Quelle espèce est assez stupide pour agir de la sorte ?

Notre comportement envers la planète court à notre propre perte, comme le chante pertinemment Matthew Bellamy de Muse « A species set on endless growth is… Unsustainable »
Notre système est basé sur une croissance sans fin alors que les ressources de notre planète sont finies, cela ne peut pas fonctionner.

Chacun d’entre nous peut agir à son échelle, avec des comportements aussi simples qu’éteindre une lumière dans une pièce où l’on est pas, marcher plutôt que prendre la voiture, convoiterai, utiliser les énergies alternatives, manger bio et non transformé…

Il y a énormément de choses que nous puissions tous faire.

9/ Impossible n’est rien

On lui a dit qu’avec son volume hors norme, son accent, sa taille, qu’il était impossible qu’il joue dans des films hollywoodiens. D’après vous, quel a été le résultat ? On le connaît tous. Il a ignoré ce qu’il a entendu, il a écouté sa propre voix et il a commencé à décrocher des contrats pour ensuite jouer dans les plus gros films de leur génération : Terminator 1, Terminator 2, Total Recall.

« Impossible est un mot que je me suis fait plaisir d’ignorer quand j’étais gouverneur. » Arnold Schwarzenegger

On veut toujours nous faire croire que telle chose est impossible.

J’aime la citation de Mark Twain qui dit « Ils ne savaient pas que c’était impossible alors ils l’ont fait. »
Le meilleur moyen de rater quelque chose, c’est d’écouter quelqu’un qui nous incite à ne pas nous lancer, ou qui nous dit que c’est impossible.

Est-ce vous écouteriez les conseils de quelqu’un qui a raté le diplôme que vous voulez obtenir ?

Non, bien sûr que non ! Pourtant c’est ce que vous faites en écoutant les gens qui tentent de vous décourager avec leur énergie négative.

Ils pensent que quelque chose est trop difficile, inatteignable, parce qu’on leur a dit ou qu’ils n’ont pas été capables de réussir. Ils se sont mis leur propres barrières, cela ne veut pas dire que ce doit être les vôtres, alors tentez l’impossible !

Vous imaginez dire à un jeune autrichien qu’il lui sera impossible de devenir Mr Olympia, de devenir un acteur hollywoodien extrêmement connu, de devenir gouverneur de Californie deux fois, d’épouser une Kennedy ? Moi non, parce que je sais que rien est impossible. Arnold aussi !

10/ Ne jamais suivre la foule

Si vous suivez les autres, que vous adoptez les mêmes comportements que les autres, la même façon de parler que les autres, la même alimentation que les autres, la même façon de raisonner que les autres, vous aurez la même vie que les autres et les mêmes résultats que les autres. Par « Les autres » j’entends « La foule ».

Arnold a observé les autres et a décidé de faire toujours différemment.

Quand les autres mettaient de côté pour acheter une maison, lui a choisi d’acheter  un immeuble. Quand les autres acteurs visaient des petits rôles, lui visait la tête d’affiche. Quand tous les politiciens démarrent leur vie politique avec une fonction locale, lui a visé directement le poste de gouverneur.

« On sort plus facilement du lot quand on vise le sommet. » Arnold Schwarzenegger

Cette leçon fait écho à la magie de voir grand. En clair, si vous continuez de vivre la vie comme les autres, ne vous étonnez pas de ne pas avoir les résultats que vous voudriez.

Pour avoir une vie qui vaut la peine d’être vécue, il faut se bouger les fesses : se lever tôt, manger différemment de la foule, faire du sport, penser différemment (« think outside the box »), méditer régulièrement, travailler quotidiennement à nos projets, lire des livres de non fiction, sortir de sa zone de confort, tester énormément de nouvelles choses… Bref tout ce que ne font pas les gens de la foule.

C’est le prix à payer pour éviter de rater sa vie.

Ce n’est pas de tout repos, c’est évident, en même temps ce n’est pas en regardant le foot et le JT, en médisant sur les gens et en se couchant à 2h pour finir une série que l’on atteint nos rêves les plus ambitieux.

Bonus : les 10 principes que Arnold souhaite transmettre

  • Ne laissez jamais la fierté faire obstacle : éviter l’orgueil en toute circonstance, rester généreux et attentionné envers les autres.
  • Ne pas trop réfléchir : à force de trop penser, l’esprit ne se repose jamais. C’est l’écueil de beaucoup d’entre nous qui sommes les esclaves de notre mental, nous nous laissons emporter systématiquement par nos pensées. Il faut savoir suivre son instinct et réfléchir au bon moment. La méditation est le meilleur moyen de canaliser ses pensées.
  • Il n’y a pas de plan B : pour progresser et vraiment atteindre son but, il faut agir sans filet de sécurité. Si vous êtes anxieux à propos d’un projet, au lieu d’imaginer un plan B au cas où ça échoue, imaginez le pire qui puisse arriver en cas d’échec. Est-ce que ce serait si grave ? Vous constaterez que non, il n’y aurait pas mort d’homme. Gardez toutes vos forces pour votre projet.
  • L’humour déjanté peut servir à régler ses comptes : lorsqu’on vous raille, que vous êtes dans un débat houleux, plutôt que continuer à vous prendre la tête, faites de l’humour, ça peut simplement désamorcer la situation et rendre l’ambiance plus agréable.
  • Il y a 24h dans une journée : comme il le dit si bien « J’ai expliqué qu’à l’époque de mes études, chaque jour je m’entraînais 5 heures, je prenais quatre heures de court d’art dramatique, je passais plusieurs heures à travailler sur les chantiers, j’allais à la fac et je faisais mes devoirs. » Tout le monde a les mêmes 24 heures, sauf que si vous usez exagérément de votre téléphone, de la TV, de Facebook, il vous reste plusieurs heures de moins dans la journée pour faire des choses plus intéressantes. Chacun décide de l’usage qu’il fait de chaque minute de sa journée, c’est une sacrée liberté.
  • Répéter, répéter, répéter : « Il m’a fallu des centaines, sinon des milliers d’heures de répétitions pour arriver à prendre la pose trois quarts dos, dire une réplique comique, danser le tango dans True Lies, peindre une joli carte d’anniversaire ou trouver le ton juste pour dire « I’ll be back ». Comme je vous l’ai dit précédemment, la persévérance paie. Arnold a passé des heures à fignoler son « I’ll be back. » On pourrait se dire « Tous ces efforts pour trois mots ?! ». Effectivement, sauf que ces trois mots sont restés gravés dans nos mémoires, il en résulte une réplique culte même encore aujourd’hui. Pourtant, il s’agit de 3 mots. Chaque petite action, répétée encore et encore, finira par avoir de grands effets. C’est pour cela que je vous conseille de méditer tous les jours, ne serait-ce que 5 minutes.
5 minutes par jour, sur une journée c’est infime (juste le temps de regarder quelques statuts Facebook), mais au bout de 10 ans, ça fait une différence considérable dans votre vie. 5 minutes de lecture de non fiction par jour, ça fait des dizaines de livres au bout de 10 ans, ce qui peut changer votre vie à bien des égards (en positif !) pourtant le coût est risible.
  • Ne rien reprocher à ses parents : ils ont fait de leur mieux pour vous élever. Ils n’ont pas fait tout parfaitement – comme tout être humain – ne leur reprochez pas. C’est grâce à vos parents que vous êtes là et c’est eux qui ont fait ce que vous êtes devenu. Arnold a de la gratitude pour son père qui lui a permis d’avoir « faim » par la dureté de son éducation.
  • Il faut en avoir une bonne paire pour changer : il est facile de se laisser aller dans la médiocrité. Changer, jour après jour, pour le mieux est bien plus difficile et ce seul processus témoigne d’une volonté à toute épreuve.
  • Prendre soin de son corps et de son esprit : Arnold s’est énormément occupé de son corps, a priori pas de doute. Pourtant, il est loin d’avoir négligé son esprit. « Plus tard, je me suis vraiment intéressé au développement de mon esprit. J’ai compris que l’esprit est un muscle et qu’il faut aussi le faire travailler. » C’est ainsi qu’il a développé un besoin d’apprendre, de devenir intelligent, d’absorber toute connaissance en se servant du monde entier comme une université. Il prenait également le temps de méditer.
  • Garde ta faim : il ne faut jamais se reposer sur ses lauriers. On connaît tous la fable du lièvre et de la tortue de la Fontaine.
Beaucoup de gens talentueux ressassent le passé, aimeraient être restés au niveau où ils étaient. Il y a bien plus de choses à faire dans la vie que de rester le meilleur dans un domaine précis. « Si vous avez un talent ou un savoir-faire qui vous rendent heureux, servez-vous en pour améliorer la vie de votre quartier. Et si vous avez envie d’en faire plus, larguez les amarres. Vous aurez tout le temps de vous reposer quand vous serez dans la tombe. Menez une existence remplie de risque, de piment et, comme le disait Eleanor Roosevelt, faites chaque jour quelque chose qui vous effraie. » C’est ainsi qu’Arnold conclut son livre.

J’espère que cet article vous aura inspiré. A noter que je ne dis pas qu’Arnold est un exemple à suivre sur tout.

Utilisez et développez ce qui a fait écho en vous dans cet article, délaissez le reste. Tout le monde peut trouver quelque chose.

Je vous invite à lire son autobiographie Total Recall qui est absolument géniale, elle se lit très aisément.

Et vous, qu’allez-vous mettre en place dès demain comme leçon ? Pour ma part c’est la visualisation.
Répondez-moi dans les commentaires !

Par Fabien, I’ll be back…

2 réponses à 10 leçons de vie de Arnold Schwarzenegger

  1. Jean-Philippe 30 septembre 2015 à 7 h 36 min #

    Très bel article (comme à chaque fois !).
    Cela me fait penser au tatouage de Wawrinka. On y retrouve le même thème.
    Il s’agit d’une citation tirée de la pièce «Worstward Ho» écrite par Samuel Beckett en 1983: «Ever tried. Ever failed. No matter. Try again. Fail again. Fail better.». «Déjà essayé. Déjà échoué. Peu importe. Essaie encore. Echoue encore. Mais échoue un peu moins.». Magnifique.

    • Fabien Delcourt 26 octobre 2015 à 18 h 31 min #

      Merci Jean-Philippe !
      Excellente citation que tu postes là, c’est la base.

Laisser un commentaire