L’histoire des montres

Comment ne pas être fasciné par le temps qui passe, cet ennemi invisible contre qui l’on ne peut rien ? L’homme a depuis plus de 3000 ans cherché à modéliser son écoulement. Aujourd’hui la montre est le moyen le plus connu de lire l’heure. Cet article vous résumera l’histoire de ces drôles d’objets et vous présentera les modèles les plus emblématiques, les grandes catégories de montres et quelques unes des plus fascinantes créations horlogères modernes.

Important : Vous aimeriez trouver VOTRE montre, savoir quels sont les meilleurs modèles et comment en obtenir une à moitié prix ? !  Cliquez-ici pour télécharger » 

Petite histoire des montres

Chronologie succincte

De haut en bas : 1881 : première montre avec alarme de Patek Philippe , 1915 : l’une des premières montres-bracelets (Cartier Santos), 1969 : première montre à quartz (Seiko 35SQ)

Les premières montres datent de la fin du XVème siècle (environ 1480). Il s’agissait à l’époque de montres de poche, évolution des horloges dont le balancier est remplacé par un ressort. Il faut attendre le début du XXème siècle pour voir la naissance des montres-bracelets.

Jusque dans les années 20 les montres ont des mécanismes à remontage manuel : il faut retendre le ressort manuellement tous les jours. Les montres automatiques vont bouleverser cela en 1926 avec l’ajout à leur mécanisme d’un rotor retendant le ressort lors du mouvement du poignet.

Mais il faut attendre 1957 pour voir la première révolution dans l’univers de la montre : l’apparition des montres électriques, ne nécessitant ni remontage manuel, ni secousses pour fonctionner. Cette invention sera suivie en 1969 de la deuxième révolution : la création de la première montre à quartz (Seiko 35SQ).

Complications

Certaines montres mécaniques possèdent des complications. En voici quelques exemples :

Réserve de marche : indication du temps de marche avant de devoir remonter la montre.

Date : informations sur la date (jour, quantième, mois, année, année bissextile, …) Les quantièmes perpétuels séculaires ne nécessitent pas de réglages (mois de 28, 29, 30 ou 31 jours) durant plusieurs siècles.

Chronographe : sert à mesurer des temps courts, indépendamment de l’heure qu’il est. A ne pas confondre avec un chronomètre qui est une montre particulièrement précise.

Phase de lune : indique, comme son nom l’indique, la phase de lune.

Sonneries : certaines montres mécaniques peuvent émettre une sonnerie. Il s’agit soit de montres avec alarme, soit de montres dites à répétition : la sonnerie résonnera régulièrement, par exemple chaque minute (on parle alors de répétition minute).

Les modèles cultes

Il existe beaucoup de montres réellement cultes aux yeux des amateurs. Cependant je me suis limité ici à 5 montres qui font l’unanimité absolue et si vous deviez n’en connaître que 5 ce serait elles.

Rolex Submariner

La Submariner est LA montre de plongée par excellence. Son boîtier dérive de celui de la Rolex Oyster qui fut, en 1926, la première montre étanche au monde. Les consommateurs étaient tellement dubitatifs que Rolex installa des aquariums au fond desquels les Oysters reposaient pour convaincre les clients.

Un prototype de Submariner descendit à 3.5 km de profondeur en 1953 et un des ses successeurs à 11km en 1960.

Rançon de la gloire, c’est aujourd’hui la montre la plus copiée au monde.

Omega Speedmaster

L’Omega Speedmaster est rentrée dans l’histoire le 21 juillet à 2h56 (heure universelle) lorsque Neil Armstrong posa le pied sur la lune. La Speedmaster est la seule montre à avoir été portée sur la lune. Avant cela le casting de montre officielle de la NASA n’avait pas été de tout repos : bains prolongés dans des liquides à plus de 93° suivis de congélations à -20°, chocs multiples, compressions et décompressions à répétition … Seule l’Omega réussi les tests.

Il est amusant de noter que les russes utilisaient la même montre pour leurs expéditions dans l’espace.

Jaeger LeCoultre Reverso

La Reverso a été créée pour résoudre un problème simple : comment protéger sa montre lors d’activités à risques ? En la retournant pardi ! C’est les anglais installés en Inde qui les premiers, au début des années 30, manifestèrent leur irritation de voir le verre de leurs montres casser lors de leur partie de polo. La première Reverso fut fabriquée en 1931. Son succès n’a jamais été démenti jusqu’à aujourd’hui.

Heuer Monaco

La Monaco est la première montre carrée étanche. Mais ce n’est pas cette caractéristique qui la rendit célèbre. Dans les années 60, Heuer sponsorise l’équipe du pilote de formule un Jo Siffert et lui fournit une montre Monaco. Or Siffert est la doublure de Steeve McQueen dans le film Le Mans. L’acteur, voulant s’identifier le mieux possible au pilote, décide de porter la même montre que lui. La Monaco est devenue culte pour tous les amateurs de sports automobiles et de montres dès la sortie du film.

Hamilton Ventura

Le 3 janvier 1957, Hamilton présente ce qui sera considéré comme la plus importante évolution dans l’univers des montres depuis leur création en 1480. Il s’agit de la première montre électrique, ne nécessitant donc pas de remontage manuel ou de secousses régulières pour fonctionner.

La Ventura, première montre à bénéficier de la technologie électrique, fut dessinée par  le styliste Richard Arbib dans le but de proposer un écrin se démarquant des design classiques.

Les modèles actuels ont conservé la forme si particulière de l’originale mais ont remplacé le mouvement initial par un mouvement quartz plus moderne ou un mouvement mécanique automatique suivant les versions.

Les types de montres

Chaque montre est unique. Néanmoins on peut distinguer plusieurs grandes familles de montres. Je vous en présente quelques unes ci-dessous. Ces familles ne sont pas exclusives, on peut par exemple rencontrer une montre « régulateur » très habillée.

Les montres habillées

De haut en bas : Hamilton Slim (600€), Piaget Altiplano Petite Seconde (11 000€), Jaquet Droz Grande Seconde (15 000€)

Ce sont les montres que vous pouvez porter avec un costume ou un smoking. Elles doivent être sobres, élégantes et le plus mince possible pour ne pas gêner le port de la chemise. Elles présentent rarement des complications horlogères, préférant se distinguer par les matériaux luxueux qui les composent. Une des fantaisies les plus fréquentes est la petite seconde : l’indication des secondes est décentrée sur un cadran plus petit que celui des heures et minutes (voir illustrations).

Les montres aviateur

De haut en bas : Archimède Pilot (400€), Breguet type XX (vintage), IWC Chronographe Top Gun (6 000€)

De tous temps les montres ont été liées à l’aviation. Très vite les pilotes se sont rendu compte qu’ils avaient besoin d’indications lisibles. Les caractéristiques principales des « flieger » (montre d’aviation) sont donc une taille importante (elles devaient pouvoir se porter au dessus d’une combinaison, voire autour de la cuisse) et une lisibilité extrême (index blancs sur fond noir ou inversement).

Les montres types 20 et 21 sont des exemples très connus de montres d’aviation. Commandées par l’armée française dans les années 50 et 60 ces montres étaient caractérisées, en plus des spécificités listées plus haut, par la présence d’un chronographe flyback : une seule pression sur l’actionneur lors d’un chronométrage remet le mécanisme à zéro et lance instantanément le chronométrage suivant.

Les montres de plongées

De haut en bas : Seiko Sumo (500€), Oris Der Meistertaucher (2 000€), Belle&Ross BR02 (3 500€)

La montre de plongée est un accessoire indispensable pour tout plongeur. Pour qu’une montre soit considérée comme « de plongée » elle doit remplir plusieurs critères :

  • être étanche à 100m minimum,
  • porter l’indication « montre de plongée » ou synonyme sur son cadran ainsi que la profondeur jusqu’à laquelle elle est étanche,
  • avoir une lunette tournante unidirectionnelle et graduée pour mesurer les temps lors des paliers de décompression,
  • avoir un dispositif qui permette de vérifier le bon fonctionnement de la montre (par exemple une trotteuse des secondes en mouvement),
  • être lisible dans l’obscurité (matière luminescente sur les aiguilles, les index, et la lunette tournante) à une distance de 25cm.
Note : Nous vous avons préparé une fiche pratique pour obtenir la montre qui vous correspond et qui est dans votre budget.  Cliquez-ici pour télécharger » 

Les squelettes

De haut en bas Oris Skeleton (1 500€), Maurice Lacroix Masterpiece Le Chronographe (n.c.), Breguet Tourbillon (>100 000€)

Les montres dites squelettes possèdent un cadran ajouré permettant de voir fonctionner la montre. Le plus souvent peu de pièces ont un mouvement discernable par l’œil humain, mais le spectacle offert par les rouages enchevêtrés est fascinant, d’autant plus si la montre est dotée d’un tourbillon. Cette complication horlogère coûteuse peut mettre en mouvement jusqu’à plus d’une centaine de pièces qui font alors une rotation complète en une durée souvent égale à une minute, rendant captivant le spectacle du temps qui passe.

Les régulateurs

De haut en bas : Louis Erard (2 000€), Epos Regulateur (1 500€), IWC Portugaise Régulateur (9 000€)

Les régulateurs sont apparus lors de l’essor des chemins de fer. En effet les compagnies ferroviaires avaient besoin de montres les plus précises possible pour que les trains respectent les horaires. Or avec une montre classique, les trois aiguilles sont sur le même axe ce qui génère des frottements et donc une précision moindre. Ainsi la plupart des régulateurs possédaient des indications de l’heure, des minutes et des secondes non concentriques.

Aujourd’hui, l’électronique a définitivement vaincu les montres mécaniques en termes de précision, mais certaines marques continuent de proposer des modèles régulateurs. Généralement, il s’agit d’un module rajouté sur un mouvement existant pour décentrer l’affichage des heures et des secondes. L’intérêt de ces montres n’est donc plus la précision (il y a autant voire plus de frottements) mais l’esthétique.

L’excellence horlogère

Les voitures ont leurs supercars, les montres ont leurs masterpieces. Modèles produits en très petites série, dont le prix comporte souvent 6 chiffres, ces modèles émerveillent l’amateur par leur complexité, les matières employées ou leur originalité.

Voici réunis ici 7 modèles particulièrement surprenants :

De Grisogono Meccanico DG

Cette montre propose deux fuseaux horaires. Le premier en haut propose un affichage classique. Le deuxième est un affichage digital … et mécanique ! 651 composants et 23 cames sont nécessaires à cette prouesse. Ne vous précipitez pas chez votre banquier pour faire un emprunt de plus de 350 000€, il n’y a plus d’exemplaire disponible.

Franck Muller Aeternitas Tourbillon Calendrier Séculaire

Cette montre représente ce que Franck Muller fait de plus fou : plus de 800 composants, 15 complications dont : deuxième fuseau horaire, affichage des jours, mois et années pendant 999 ans sans correction, date rétrograde …Le prix comporterait 7 chiffres …

Hautlence HL Q

Ici, plusieurs complications se juxtaposent pour offrir une lecture de l’heure différente. Tout d’abord les heures sont sautantes, ce qui signifie que seule l’heure en cours apparaît, le cache sautant automatiquement d’une heure à l’autre. Ensuite les minutes sont rétrogrades, c’est à dire que l’aiguille ne fait pas un tour complet : une fois atteint 60min, l’aiguille revient à sa position de départ. Enfin les secondes sont indiquées sur un disque rotatif en bas à droite. Cette montre est presque donnée, elle coûte moins de 40 000€.

Richard Mille RM008 v2

Richard Mille est un passionné de voiture. Rien d’étonnant donc à ce que ses créations soient composées des matériaux les plus sophistiqués du domaine du sport automobile. Ici le titane côtoie le carbone et le magnésium pour une montre squelette de plus de 200 000€.

MCT Sequential One

MCT pour Manufacture Contemporaine du Temps propose ici un affichage de l’heure inédit : des prismes triangulaires avec l’heure indiquée sur le dessus, un cadran avec l’aiguille des minutes … cadran qui fait une rotation d’un quart de tour à chaque début d’heure pour que l’indication de l’heure pleine se fasse sur les prismes suivants. Cette fantaisie allégera votre compte de près de 100 000€.

Urwerk 201

L’heure se lit de façon originale : les minutes sont indiquées par un des trois bras rétractables et l’heure apparaît à la base du bras. Chaque bras fait une rotation d’un quart de tour sur lui même entre deux passages. Les modèles d’entrée de gamme s’échangent contre un chèque de 90 000€.

Attention : Si vous n’avez pas 90 000€ à dépenser, vous allez adorer notre fiche pratique des montres selon votre budget.  Cliquez-ici pour télécharger » 

FP Journe Sonnerie Souveraine

Une montre d’un demi million d’euro qui cache bien son jeux … L’une des montres à répétitions et à sonnerie les plus évoluées aujourd’hui : elle peut soit ne pas sonner, soit sonner tout les quarts d’heure soit sonner l’heure qu’il est à la demande (indication de l’heure, du nombre de quarts d’heure, et du nombre de minutes supplémentaires).Deux tonalités différentes sont employées.

Plus d’informations

Vous voulez découvrir d’autres modèles ? Vous voulez partager votre goût des montres ?

Rendez-vous sur le topic du forum.

Talon-Rouge


12 réponses à L’histoire des montres

  1. Benoit 23 août 2009 à 17 h 15 min #

    Excellent d’article, d’une concision digne d’un horloger suisse 😉

  2. Mike 25 août 2009 à 12 h 45 min #

    Quel est le rapport avec ce site?
    A quoi cela nous rapporte de savoir ca?

  3. Alexandre 27 août 2009 à 11 h 07 min #

    Sur ce site nous parlons du style de vie des hommes : séduction, développement personnel et mode. Les montres rentrent donc dans l’univers du style au masculin (c’est même tout un symbole). Tu considères que cela ne t’apporte rien d’apprendre de nouvelles choses sur ce sujet ?

  4. Benoit 27 août 2009 à 17 h 38 min #

    La montre est un emblème de la masculinité et il est impossible de se dire aimer le style si il n’y a aucune bases en matière d’horlogerie, ce que cet article expose avec brio.

    Bref, un article parfaitement indispensable.

  5. Anjelo 28 août 2009 à 23 h 32 min #

    Gros gros coup de cœur pour le modèle à 350.000, et pour l’article.

  6. Patrick 29 août 2009 à 0 h 26 min #

    A Mike : Plutôt que de te demander à quoi va te servir un tel article, montre au moins déjà un minimum en matière de politesse. Ça me tue de lire des mecs cracher dans la gueule de l’auteur quand celui-ci y prend la peine de vouloir partager une expérience de qualité avec une désinvolture presque surréaliste.

  7. J. H. 31 août 2009 à 9 h 31 min #

    « oh c’est la casquette du clip ! » Ca me rappelle un peu ça votre sélection de montres.

    Sinon, je ne vais pas cracher sur la soupe, j’ai trouvé l’article plutôt intéressant.

    J’ai néanmoins une question. Pourquoi proposez-vous toujours des articles qui sont hors de prix ? Est-ce que le prix est pour vous une sécurité pour ne pas dire des conneries ? Le côté bling-bling qui attire les visiteurs ? Parce qu’on ne va pas se voiler la face, mais il y a des montres très biens pour moins de 500 euros.

  8. Anjelo 1 septembre 2009 à 10 h 49 min #

    Il est vrai qu’une petite sélection de montres abordables serait la bienvenue.

  9. Talon-Rouge 1 septembre 2009 à 14 h 24 min #

    Merci à tous pour vos commentaires.

    Pour répondre à certaines interrogations, la montre est l’un des rares bijoux masculins (avec les boutons de manchettes), il me semble donc légitime de lui consacrer un article sur ce site.

    Comme tout bijou, et comme tout objet en général, la qualité se paie. Certes, il existe des montres de qualité coutant moins de 500€. Les marques comme Hamilton, Tissot, Seiko, Archimede, Stowa, Swatch en proposent. Vous remarquerez que nous en avons parlé dans cet article et dans le sujet consacré aux montres sur le forum. Néanmoins la très grande majorité des montres mécaniques de moins de 500€ sont de piètre qualité (les montres de « couturiers » avec mouvement chinois, la plupart des montres chinoises d’ailleurs…).

    Il existe également pléthore de montres peu chère à quartz. A mes yeux elles sont aux montres ce que le bic est aux stylos : fiables, parfois originales, mais en aucune façon élégantes ou horlogèrement intéressantes. Attention ! Certaine quartz sont relativement nobles ! Mais leur prix s’en ressent.

    C’était mon avis que je partage avec moi même 😉 mais je suis ouvert à toute discussion au travers du sujet consacré aux montres sur le forum (lien à la fin de l’article).

  10. Monske 7 juillet 2014 à 7 h 10 min #

    Je viens de fouiller un peu et découvrir cet article. Sympa comme mini historique illustré.

  11. Jojo 1 février 2017 à 17 h 10 min #

    Au tout début de votre article, vous dites que les premières montres apparaissent en 1480… Mais je ne comprend pas, car selon d’autres sites, les premières montres sont apparues 40 ans plus tard, soit au début des années 1500, avec Peter Henlein dont les montres étaient de forme ovale, ressemblant plus à un œuf.

  12. Dav 12 avril 2017 à 7 h 48 min #

    Peter Henlein est considéré comme le premier à avoir réalisé une montre. Et la propagande nazi dans les années 40 à largement diffusé cette idée encore relayée de nos jours. Mais depuis les historiens ont fait des recherches et il se trouve que des montre « en forme d’œuf » se vendaient déjà en Italie quand Peter avait 4 ans. Soit c’est un génie soit la propagande nazi s’est trompé. (Pour ma part la seconde option me semble plus probable!). Aujourd’hui impossible de dire qui à inventer les montres.
    Merci pour l’article très intéressant. Juste une petite suggestion concernant les montres icônes. Je trouve que la Royal Oak manque à la sélection. Qu’on l’aime ou non, cette montre à grandement participé au renouveau horloger pendant la crise du quartz. C’est une montre majeure dans l’histoire de l’horlogerie et le design horloger. Gerald Genta son designer était le premier et le plus grand designer horloger de l’histoire jusqu’à ce jour. A bientôt.

Laisser un commentaire