Top

Pourquoi vous ne DEVEZ PAS faire de la musculation pour plaire aux filles

Ce titre peut être lu de deux façons très différentes à vrai dire. « Tiens, pourquoi est-ce que je ne me mettrais pas à la muscu pour plaire aux femmes ? Ca peut être sympa. » Ou, en l’occurrence, voici une bonne raison de ne pas se mettre à la musculation JUSTE dans cette optique. Il semble indiscutable pour beaucoup que pour plaire aux filles, il faut, parlons peu mais parlons bien, être bien foutu. Et à défaut d’avoir le physique d’Arnold Schwarzenegger (celui d’avant soyons d’accord), on vous demande de posséder à minima celui de Patrick Swayze, de Christiano Ronaldo, de Camille Lacourt, de Matt Pokora, de Justin Bieber… (cherchez l’intrus) En réalité, loin de moi l’idée de vous dissuader de vous lancer dans ce sport, ce serait le comble étant donné que j’en fais depuis pas mal d’années maintenant.

Je veux juste vous mettre en garde. Ne faites pas fausse route ! De la même manière qu’on peut vouloir devenir séducteur d’un côté, ou séduisant de l’autre, il y a une nuance tout aussi subtile qui s’applique dans la pratique de la musculation. Pour être plus clair, et parce qu’un exemple précis est plus parlant que de belles phrases, laissez-moi vous raconter comment j’en suis venu à débuter.

Pourquoi commencer la musculation ?

Si certains commencent car ils ont du poids à perdre, je me trouvais pour ma part plutôt dans l’extrême opposé. J’allais sur mes 16 ans, et je m’apprêtais à faire ma rentrée dans une classe de 1ère Littéraire. Jusqu’ici, tout va bien. Bon ça dépend peut-être des lycées, mais les classes littéraires sont en général à dominante féminine, et la mienne ne faisait pas exception je le savais. Le problème était : comment allais-je faire pour m’intégrer avec mes bras maigrichons ? Car évidemment, pour réussir en 1ère Littéraire, et dans la vie d’une manière générale, il faut des gros bras, chacun sait ça – ou devrait le savoir.

J’avais donc conçu un programme révolutionnaire pour m’aider à plaire aux charmantes demoiselles de ma classe dès le premier jour.

Laissez-moi vous le révéler, en exclusivité pour Lifestyle Conseil :

  • Lundi : Biceps
  • Mardi : Triceps
  • Mercredi : Repos
  • Jeudi : Biceps
  • Vendredi : Devinez ? Oui vous y êtes : Triceps
  • Week-end : repos

Un Prince avant pour l’énergie, et deux après pour récupérer. La belle époque… Les bras, les bras, et rien que les bras. Y’a que ça de vrai mes amis ! Et c’est tout ce qui se voit de toute façon quand on est en t-shirt. Les mollets, les filles ne font pas du tout attention. Et puis si jamais c’était le cas pour une d’entre elles, c’est que ça devait être une nana bien superficielle ! Les deltoïdes postérieurs ? Un fruit exotique certainement (et probablement pas très facile à digérer vu le nom).

J’avais donc un programme assez ridicule – cheap diront certains – mais par dessus tout, c’est ma mentalité qui était encore plus cheap que le reste ! Je cherchais à obtenir l’approbation de la gent féminine par des veines sur les bras ! Bien sûr, au bout de quelques mois, quand les résultats ont commencé à se faire voir dans la glace, je m’attendais à de multiples changements dans ma vie. Je fus découragé car même si je commençais à recevoir quelques compliments de la part de mes camarades de classe (avec qui j’allais en natation…), je n’avais pas les résultats escomptés dans mes relations… A ce stade, j’aurais pu me décourager.

Une autre façon de penser la musculation

Heureusement, j’étais trop fier de mes progrès physiques pour laisser tomber, et j’ai vite appris à me passionner véritablement pour ce sport, je dirais même pour l’essence de ce sport. J’avais énormément évolué, je le voyais bien, et peu importait que les autres eux ne le voient pas, je ne me sentais plus le besoin d’en faire l’étalage.

A vrai dire, petit à petit, les filles devenaient de moins en moins une préoccupation lorsque je me rendais à la salle de sport. Je n’en étais pas encore à faire tomber volontairement mon savon sous la douche, mais ce que je veux dire c’est que je m’entraînais pour moi ! Parce que ça me faisait du bien de me défouler, de savoir que je participais à mon développement physique.

Et croyez-moi, lorsque vous êtes coincés sous une barre et que vous êtes à mi-chemin entre la passer miraculeusement et vous faire écraser piteusement, il faut ce petit plus en volonté qui peut faire toute la différence. Si votre motivation provient du regard que vous attendez des autres, et particulièrement de votre jolie voisine de cours/de pallier, vous vous ferez écraser 9 fois sur 10 – on suppose que la 10ème quelqu’un viendra quand même vous aider… Ce n’est pas une source de motivation suffisante à long terme, voilà pourquoi.

Nul besoin de ne parler que de musculation avec vos amis, et en fait je vous le déconseille carrément ; nul besoin non plus de se faire tatouer « No Pain No Gain » sur le pectoral droit (dans le genre cliché…). Mais vous avez besoin d’avoir une source de motivation qui tienne la distance. Vous ne commencerez pas forcément la musculation pour les bonnes raisons, mais rien ne vous empêche, comme je l’ai fait moi-même, de changer d’état d’esprit en cours de route.

Faire de la musculation pour plaire aux filles ?

De plus, partir du principe que toutes les filles sont obligatoirement attirées par les mecs musclés est une hérésie. Cela dépend beaucoup de leurs personnalités diverses et variées, de leurs expériences personnelles : là où certaines vont voir un homme qui saura s’occuper d’elles car il sait déjà s’occuper de lui, d’autres verront exactement l’inverse, un personnage narcissique qui sera trop obnubilé par sa propre image pour se soucier de leur sort.

C’est donc un pari risqué sur l’avenir, si jamais la fille que vous convoitez se trouve dans la seconde catégorie…

Un simple corps esthétique ne suffisant pas, miser tout dessus pour améliorer ses rapports n’a donc pas de sens.

En revanche, à peu près 99,99% de nos amies les femmes aiment ceci chez un homme : la confiance ! Et en ceci la musculation peut grandement vous aider ; et elle le fera si vous suivez rigoureusement un bon programme, avec la bonne mentalité.

Si elle vous rend finalement hautain et prétentieux, surtout vis-à-vis de ceux qui ne pensent pas comme vous, elle vous desservira plus qu’autre chose. Le fait de voir des hommes moins « forts » que vous réussir là où vous échouez vous rendra encore plus frustré, entraînant le commencement d’un sacré cercle vicieux.

Aujourd’hui, et plus particulièrement en cette période car c’est à la fois bientôt la rentrée scolaire et les vacances encore pour certains, je vois de nombreux jeunes venir s’inscrire dans ma salle. Autant certains ont l’air vraiment motivés et cela fait plaisir à voir, autant d’autres semblent venir s’entraîner comme si on les y forçait ! Ils ne prennent pas de plaisir à faire ce qu’ils font et c’est bien dommage car c’est vraiment la base de ce sport.

Musculation & sélection naturelle

En fait, il y a déjà une sorte de sélection naturelle qui se fait au fur et à mesure, ainsi qu’Alexandre en parle à la fin de son programme Charisme.

  • Grosso modo il y a ceux qui n’arrivent jamais vraiment à commencer. Manque de motivation devant les efforts et l’assiduité que cela demande.
  • Ceux qui arrêtent au bout de quelques mois, voire bien avant, s’ils ne remarquent pas rapidement des réactions nouvelles et positives de la part des filles.
  • Ceux qui arrêtent dès qu’ils ont une petite amie. C’était le but, pourquoi continuer à s’entraîner ?
  • Ceux qui continuent à s’entraîner parce qu’ils en ont pris l’habitude ; ils semblent résignés à ne pas progresser mais ils font au moins l’effort de venir. On va dire que c’est déjà ça.
  • Ceux qui persévèrent encore et toujours, mais sont dans une sorte de frustration constante (ils ne se trouvent jamais assez musclés, assez forts, ne plaisent pas encore à 100% des filles donc c’est que ce ne doit pas être bon). C’est cette catégorie qui est selon moi la plus sujette aux dérives médicamenteuses, comprenez dopage.
  • Ceux qui en font une passion, qui ont un programme adapté et qui s’y tiennent, qui cherchent à progresser mais… seulement pour eux. Plaire aux filles grâce à ses muscles est juste la cerise sur le gâteau, pas un but en soi.

Alors, ce n’est évidemment pas un classement à lire comme : un tel est supérieur à un tel, qui est lui-même supérieur à un tel, ect.

C’est juste que dans le lot, beaucoup de personnes se sont trompées de voie. Et plutôt que de venir s’entraîner irrégulièrement, ou sans passion et justifiant ses quelques résultats par des « ouais mais moi je veux juste me maintenir en forme », « de toute façon les filles elles voient que les pecs », il n’y a aucun mal à admettre que vous préférez faire d’autres activités sportives (je dis bien « sportives » tout de même). Personne ne vous en tiendra rigueur. Si vous êtes certain d’avoir fait le bon choix, soyez sûr de garder la bonne mentalité.

En conclusion, ce sport peut beaucoup vous aider dans votre démarche de développement personnel, comme ce fut le cas pour moi, mais faites-le pour vous ! Comme vous vous habillez pour vous-mêmes et non pour plaire aux autres. C’est de cette façon que vous obtiendrez les meilleurs résultats, dans tous les domaines. Et comme dirait Patrick (Swayze évidemment), ce qui plaît aux filles, ce n’est pas vos muscles, c’est ce que vous en faîtes ;)

Une réponse à Pourquoi vous ne DEVEZ PAS faire de la musculation pour plaire aux filles

  1. Guillaume 3 septembre 2012 à 12 h 39 min #

    Il viet d’avoir un déclic en moi. Merci Thibault !

Laisser un commentaire

 
Prénom :
Email * :
* champ obligatoire.