Nombreuses sont les raisons qui ont poussé certains d'entre vous à pousser la porte de ce site : être plus à l'aise avec une fille, vaincre la timidité, apprendre à mieux s'habiller ou que sais-je encore. Mais une raison revient très régulièrement : l'obsession amoureuse, plus communément appelée « fixette ». Je vais être honnête avec vous : j'ai de la peine quand je vois quelqu'un d'autre en pleine fixette. Sincèrement. Parce que je me mets à sa place, parce que moi-même j'ai été victime de ce « désagrément » plus d'une fois et aussi parce que voir combien un homme est capable de s'infliger, de fouler du pied son honneur et son intégrité pour obtenir quelques miettes d'attention de la part de la personne convoitée m'est insupportable.

L’obsession amoureuse n’est pas une maladie !

Nombreuses sont les raisons qui ont poussé certains d’entre vous à pousser la porte de ce site : être plus à l’aise avec une fille, vaincre la timidité, apprendre à mieux s’habiller ou que sais-je encore. Mais une raison revient très régulièrement : l’obsession amoureuse, plus communément appelée « fixette ».

Important : Découvrez le plan d’action en 5 étapes pour sortir de l’obsession amoureuse ! Il s’agit d’une fiche pratique spécialement conçue pour vous aider. Vous pouvez la télécharger maintenant : Cliquez-ici pour télécharger »

Je vais être honnête avec vous : j’ai de la peine quand je vois quelqu’un d’autre en pleine fixette. Sincèrement. Parce que je me mets à sa place, parce que moi-même j’ai été victime de ce « désagrément » plus d’une fois et aussi parce que voir combien un homme est capable de s’infliger, de fouler du pied son honneur et son intégrité pour obtenir quelques miettes d’attention de la part de la personne convoitée m’est insupportable. La fixette est un fardeau mais elle rend tellement humain. Oui, humain. Car elle tend à mélanger tout le spectre des sentiments humains (amour, haine, peur, beauté, dépression, douleur, joie) pour régurgiter le tout de manière brute et intense. On fuit la fixette parce qu’elle détruit et pourtant, au fond, je reste persuadé que celui qui la vit la recherche parce qu’elle est la meilleure dose de shoot de la galaxie.

Il y a une chose que j’aimerais clarifier dès à présent  et que je veux que vous gardiez à l’esprit : PERSONNE n’est à l’abri d’une fixette.

25 phrases de drague anglophones osées, voire CHOQUANTES

Comment Séduire LA Femme ?

Nous avons créé une Masterclass Spéciale où tu vas découvrir :

  • La règle absolue qui permet d'attirer inévitablement une femme à toi en hackant la Psychologie Féminine
  • Comment devenir un aimant naturel à femmes en suivant un plan SIMPLE qui te fera GAGNER EN CONFIANCE
  • Les 4 erreurs qui empêchent les débutants de séduire une fille et d'être en couple avec la femme de leurs rêves...
  • Un condensé de 10 ans d'expérience dans le domaine de la séduction, des relations et de la psychologie
  • Pour y accéder gratuitement, il te suffit de remplir les informations ci-dessous :

    arrow-circle-right

    Il est très courant d’entendre des discours culpabilisants lorsqu’on est victime de ce mal. Dire à un mec déprimé « Faut te bouger garçon ! Remonte la pente, souris et demain tout ira mieux » n’est absolument pas utile. Or tout le monde peut un jour sombrer : les cyniques et les mecs débordant d’énergie, les beaux gosses, les timides et les grandes gueules. J’ai un ami qui collectionne les conquêtes avec une aisance stupéfiante. Mais il traîne une obsession amoureuse depuis des années qui impacte tant sa vie sociale que professionnelle. Et pourtant ce type pourrait et mériterait de traverser le quotidien avec la puissance d’une Austin Martin DBS lancée à plein régime.

    La fixette vous aspire toute votre énergie, vous fait enchaîner nuit blanche sur nuit blanche, détruit votre égo plus efficacement qu’un bulldozer fracassant un mur et vous rend tout sauf sexy.

    La fixette est une épreuve, une douloureuse épreuve. Mais, bonne nouvelle, elle n’arrive jamais par hasard.

    Fixette mon amour : les raisons de l’obsession amoureuse

    Repassez-vous en mémoire votre dernière fixette (que celle-ci soit terminée ou non). Ne pensez pas à celle qui hante vos nuits (le « pourquoi » de la fixette) mais au contexte qui a vous amené à vous attacher plus que de raison à une seule personne (le « comment » de la fixette) Si je vous encourage à faire cela ce n’est pas pour rien ; en effet la fixette a besoin d’un terrain fertile sur lequel s’épanouir.

    Celle-ci a tendance à survenir lorsque plusieurs situations se présentent :

    • Vous stagnez au niveau professionnel : votre boulot n’est pas forcément idyllique et vous ne vous y épanouissez pas plus que ça. La routine s’est installée et le fameux « métro-boulot-dodo » est devenu votre mantra. Vous effectuez systématiquement les mêmes tâches et chaque jour n’est qu’un pas de plus vers une hypothétique retraite.
    • Vous stagnez au niveau social : Vous fréquentez les mêmes personnes, dans les mêmes lieux et dans les mêmes conditions. Votre cercle d’amis et de connaissances ne s’est pas élargi depuis un bail et c’est toujours dans le même bar que vous vous traînez. Oh je ne dis pas que vous vous ennuyez dans ce genre de soirée ! Vos amis sont sympathiques, la bière correcte et la musique agréable. Mais vous sentez bien que vous tournez en rond. Vous aspirez à la nouveauté mais celle-ci ne vient pas. Certains rétorqueront qu’il est facile de changer d’endroit ou de rencontrer de nouvelles personnes. C’est vrai mais uniquement lorsqu’on habite dans une grande ville. Venez donc passer quelques jours dans une petite ville ou à la campagne et vous verrez qu’il est tout de suite plus difficile de faire des connaissances !
    • Vous stagnez au niveau intellectuel et physique : Vous avez une passion mais n’arrivez pas à la faire partager à vos amis, vous en avez assez de jouer à certains jeux vidéos ou de pratiquer toujours la même activité. Votre cerveau s’est progressivement déplacé vers le « off » et ce qui vous faisait lever avec le sourire ne vous excite plus autant qu’avant. Même la pratique d’un sport ne vous semble plus digne d’intérêt. Conséquence vous vous empattez physiquement et intellectuellement.

    Note : Pour arrêter de stagner, téléchargez la fiche pratique des 5 étapes pour sortir définitivement de l’obsession amoureuse et passer à autre chose. C’est gratuit et vous pouvez la télécharger maintenant : Cliquez-ici pour télécharger »

    Vous l’aurez compris, cette stagnation n’est pas une bonne chose. Et c’est lorsque ces éléments apparaissent que l’alarme d’être déclenchée car l’obsession n’est pas loin. Pourquoi ? Parce que c’est généralement dans cette situation d’ennui que surgit une femme qui vous ferra tourner la tête. Oh elle ne sera pas forcément d’une intelligence supérieure ni d’une beauté surréaliste. Mais elle aura, à vos yeux, ce petit quelque chose que les autres n’auront pas : un sourire, un regard ou plus simplement une façon d’être particulière. Elle sortira du lot, apportera du sel à votre vie et du soleil à votre quotidien. Hélas la réciprocité des sentiments n’est pas toujours au rendez-vous et l’heureuse Élue passera du statut de rêve de vos jours à celui de cauchemar permanent.

    Comment sortir de l’obsession amoureuse

    Sortir de la fixette, évacuer l’Autre de son esprit est une nécessité absolue. Premièrement car cela vous empoisonne l’existence pour pas grand chose. Deuxièmement parce qu’il en va de votre santé (physique et mentale) et troisièmement parce cela détruit votre image d’homme séduisant. Pour vous sortir de l’obsession amoureuse voici les étapes que vous vous devrez de suivre impérativement :

    • 1) Abandonner : Facile à dire je sais. Peut être qu’un jour vous aurez votre chance. Ou pas. En fait là n’est pas la question. On s’en fout même. L’important ici c’est VOUS. Je pars du principe qu’une relation sociale (et qui plus est amoureuse) se fait à deux. Lorsque l’une des deux personnes fait plus d’efforts que l’autre c’est qu’il y a un problème. Vous n’êtes pas un pigeon. Vous êtes un homme qui sait ce qu’il veut et surtout ce qu’il ne veut pas. Alors cessez de l’appeler, ne lui envoyez plus de mail. Blackout total. Silence radio. Ne cherchez pas à vous venger ou à déballer à la belle vos quatre vérités, vous n’en seriez que plus pathétique à ses yeux. Sachez vous retirer avec dignité et la tête haute.
    • 2) Trouver un but : Posez-vous 5 minutes et pensez à la chose que vous avez toujours rêvé de faire : sauter à l’élastique, écrire un livre, monter un groupe, monter une entreprise, être bénévole dans une association caritative… Peu importe ce que vous ferez. Il est important qu’à la fin vous soyez fier de vous. En réalisant ces objectifs vous regagnerez l’estime de soi que vous avez déroulée aux pieds de celle qui vous plaisait.
    • 3) Faire du sport : que ce soit des sports collectifs ou individuels, il faut vous défouler. D’une part cela sculptera votre corps (vous rendant plus séduisant) et libérera dans votre organisme quantité de substances qui vous videront l’esprit de toute pensée négative.
    • 4) Relativiser : Cette dernière étape vient avec le temps. Dans quelques années, quand celle que vous aurez réussi à séduire (grâce aux conseils de ce site!) sera tranquillement endormie à vos côtés, vous vous rendrez compte que celle sur laquelle a porté votre fixette n’était pas si exceptionnelle que ce que vous pensiez. Lorsque vous aurez rencontré des dizaines de filles, fait de belles et authentiques rencontres, que vos projets se seront réalisés et que votre vie sera épanouie et choisie, alors vous verrez qu’en surmontant la fixette, vous serez devenu une personne meilleure, plus forte et plus aptes à affronter les épreuves de la vie.

    5) Suivez les 5 étapes : de notre fiche pratique pour tirer un trait sur l’obsession amoureuse et passer à autre chose de façon sereine. C’est gratuit et vous pouvez la télécharger maintenant : Cliquez-ici pour télécharger »

    Obsession amoureuse : finissons-en !

    La fixette est une épreuve, un moment douloureux à passer qui laissera des traces sur la personne en construction que vous êtes. Sachez toutefois que vous n’êtes pas le premier à qui cela arrive et certainement pas le dernier. Ce n’est pas une tare, ni une marque de faiblesse. Au contraire c’est même la marque des personnes profondément humaines, apte à ressentir plus intensément les choses.

    Même l’homme le plus séduisant du monde en a déjà vécu une. Voyez ce moment comme quelque chose qui, en le surpassant, vous rendra plus fort à tout point de vue. En gardant la tête haute, en faisant face, vous gagnerez en confiance en vous. Enfin en relativisant et en analysant ce qui vous a conduit à une telle situation, vous serez intellectuellement et psychologiquement blindés.

    Car c’est en passant par l’adversité que l’humain se construit plus efficacement qu’en vivant une petite vie, sans aspérités et insipide.

    43 réponses à L’obsession amoureuse n’est pas une maladie !

    1. David 20 juin 2013 à 11 h 47 min #

      Bonjour,

      ça fait 5 ans que je suis dans la « fixette »…

      Cette fille était attiré aussi mais je n’ai pas eu le courage de l’aborder car je me prenais pour un raté (pas d’argent, vie social très pauvre, complexes, etc) et elle une jolie fille (courtisé par beaucoup de mecs) bref ça n’arrangeais pas les choses.

      Je remercie lifestyle conseil de m’aider chaque jour un peu plus dans la vie 🙂 même si cela est difficile !

      David

    2. ludovic 20 juin 2013 à 15 h 52 min #

      moi aussi en ce moment je suis dans une fixette, enfin a croire si le destin existe qu’il fait bien les choses, tomber sur cet article me remonte un peu le moral, je tacherai d’oublier cette fille 🙂

    3. Oli 20 juin 2013 à 20 h 43 min #

      Salut Alex.
      très bon article, ma dernière fixette remonte à la Seconde.
      Après j’ai découvert Lifestyle-conseil, et j’avance un peu plus chaque jour dans mon développement personnel.
      Merci pour tes conseils Alex, tu est un peu le Grand-frère ou l’Ami, que certain d’entre nous
      n’ont jamais eu.

    4. bertrand_ 20 juin 2013 à 21 h 09 min #

      Merci Alex pour cette article réconfortant.
      Je n’arrivai pas à comprendre pourquoi je suis passé en mode fixette aiguë quasiment du jour au lendemain alors que je connaissais cette fille depuis 6 mois. C’est même ça qui me rendait le plus fou : le pourquoi ?

      J’ai maintenant la réponse : le terrain était devenue fertile.

    5. Distortion 6 février 2014 à 22 h 01 min #

      Je suis dans une obsession amoureuse depuis TRES longtemps. Il y 2 jours, j’ai enfin trouvé les couilles de reprendre contact avec elle. Je ne sais pas ou cela va me mener mais j’encourage ceux qui lisent mon commentaire à faire de même. Ne vous pourrissez pas la vie à cause d’une femme. Tentez et si ça ne marche pas, allez voire ailleurs !

      • Joel G 14 avril 2014 à 15 h 11 min #

        Bon courage, est-ce que ça a marché ? Tu as agis c’est très bien ; le pire dans tout ça c’est l’attente et l’imagination…. Pourrir n’est peut-être pas le bon mot ? Ce n’est pas elle, mais toi qui te prend la tête. En tout cas prendre une décision c’est un signe. Mais au fond de toi tu connais la vérité non ?

    6. Joël G 14 avril 2014 à 11 h 31 min #

      En fait je suis une fille. Et cet article m’a fait l’effet d’une bouteille d’eau dans le désert… J’ai cru que j’étais folle de m’être entichée d’un homme plus jeune avec une famille. Moi même en couple depuis des décennies… Dans le désert car à qui en parler ? Mon esprit est occupé sans cesse par cet homme comme si personne d’autre n’existait… Et je réfléchis sans cesse à cet état, sans comprendre. C’est lui qui m’a séduite et qui ensuite s’est détaché, me laissant gérer seule cet « amour » impossible. Je viens de comprendre que ce n’est pas de l’amour. Chaque regard, chaque mot, chaque gentillesse était obligatoirement de l’amour pour moi. Erreur grossière il est passé à autre chose, et pas moi. Maintenant grace à cet article j’espère retrouver la distance et la dignité… J’espère que le chemin ne sera pas trop long… Il y a des mois que cela dure et cela me fait bcp de mal. Courage à tous, on se sent moins seul grâce à ce site.

      • phoebe 12 février 2016 à 11 h 28 min #

        Bonjour Joël moi aussi je suis atteinte depuis plus d’1an maintenant j’ai la même chose que vous sauf que moi il as fallu que je le voye une seul fois a un concert et depuis je fais une obsssesion sur lui on s’est envoyer des messages sur son facebook priver par contre il me hante mes journées mes nuits je ne penses qu’a lui je le vois partout …je suis vraiment accro a lui et puis j’ai finis par lui dire que je l’aimais quel ne fut pas mon erreur j’ai vu a sa réponse que il était gêner et après je l’ai harceler de messages et il réponds plus alors je suis très mal depuis j’ai un mec pourtant depuis plus de 8ans mais rien n’y fait …je suis en colère après lui et après moi c’est pas un amour impossible c’est que Mr ne veux pas être avec moi pourtant physiquement je suis plutôt jolie presque tous les hommes viennent sur mon facebook ah il as like ma page de modèle photos et il ne m’as jamais fait aucun compliment puis il yas une fille qui est venu et m’as dit que c’était sa copine…oui du moment bref…je suis devenu mauvaise car je ne supportés pas la moindre fille qui l’approche ça me rends folle de jalousie je lui aïs dis de le laisser tranquille et que j’allais la démonter Et je l’ai insulter je sais c’est pas bien mais je l’aimes trop et je veux pas qu’il soit avec une fille en.particulier depuis je la déteste et je me dis que c’est pas vrai …il ne peux pas m’oublier moi je lui aïs renvoyer des messages sans réponses de sa part je l’ai insulter et depuis je sous mal… Je voudrais le voir et lui explique que je veux pas le perdre mais je croix sue c’est déjà fait …aie j’ai été trop loin je lui ai même fait une scène de jalousie bref …par contre il aurais du me dire d’arrêter car la je suis en manque et je pleure et je maudis cet fille qui m’as pris celui que j’aimais j’essaye de pas trop y penser parce que si je me déplace je vais ‘la taper a cet tepu qui as oser me le prendre c’est injuste elle est pas faite pour lui et je me dis qu’il reviendras vers moi quand je l’aurais remplacer enfin je lui aïs dit et faut que je me trouvés un autre j’ai pas envie mais la pour instant c’est mort …j’ai honte mais je vous dirais pas qui c’est car sinon je vais Peter un câble c’est un mec qui sort d’une téléréalité et très mignon et il as pleins de filles qui le drague sur sa page m’énerve… Je suis une femme très poseesive et jalouse je l’ai demander en ami i’ as refuser pourtant quand je lui écris il lis mes messages mais ne réponds pas il y’a rien de plus pénible que ça je voudrais le voir il me manques…je vis quelque chose de difficile ..
        Comment m’en sortir ?,

    7. Stella 16 avril 2014 à 12 h 22 min #

      J’ai 18 ans.
      Je n’en peux plus, je suis exténuée. Je ne peux plus espérer vivre de cette manière. Mon amour est devenu une obsession, et me pourchasse depuis plus de trois ans. Je voudrais avoir la force de noter chaque élément de ma vie ici, mais n’en ai point le courage. J’aimerais pouvoir en discuter avec quelqu’un, une oreille attentive qui saurait s’abstenir de jugements à propos de cette « relation » invasive, et… pour le moins particulièrement complexe, tabou.
      Avant toute chose, je voudrais savoir si je suis victime de l’IO, ou bien ce que je ressent n’est qu’un vulgaire manque d’amour, une simple relation établie d’ordre psychique.

      Il y a quelques mois, j’ai écrit ceci pour décharger toute la colère, l’amour, la passion dévastatrice que je subis, à mon insu. Voici mon quotidien :

      « J’aimerais que tu sois mortellement amoureuse, que tu connaisses le doute, la peur, la déraison, l’absence, ce sentiment de solitude, de haine et de colère, ce vide grandissant. Que tes journées soient rythmées par une voix, une odeur, un regard, un visage. Que tes nuits soient un véritable enfer, un cauchemar perpétuel, une crainte. Que tu te réveilles avec l’envie de vomir, les larmes aux yeux, fatiguée à bout et malheureuse. Que tu te rendes au lycée guettant le moindre signe de cette personne, même la plus petite chose qui soit qui te rappelles qu’il vit, qu’il existe, qu’il n’est pas loin, qu’il t’aperçois peut-être. J’aimerais que tu sentes ce regard si particulier se poser sur toi. Que tu durant tes week-end et tes vacances tu sois si malheureuse, si démunie, si seule, tourmentée et a bout, au point de ne plus te supporter toi-même, ni ton image ni ton reflet. Que tu sois constamment rongée par le chagrin, les regrets, la culpabilité et tes souvenirs. Que tu te couches le soir le cœur lourd, la tête pleines d’interrogations, de rumeurs, de on-dit, de »peut-être » et de »si », que tu vois a quel point c’est difficile de trouver le sommeil, la sérénité et le calme. J’aimerais que tu sois ton propre ennemi, celui même que tu fuis, contre lequel tu luttes à chaque instant de ta vie. Que tu désires quelqu’un si fort, avec tant d’ardeur et d’amour que tu puisses affirmer avec la certitude absolue que cette personne est LA bonne, que tu ne veuilles faire ta vie qu’avec elle, et personne d’autre, que tu veuilles être la mère de ses enfants. Que tu saches que tu ne seras pleinement satisfaite que lorsqu’il t’appartiendras. Que tu ne puisses pas/plus imaginer un seul instant de ta vie sans elle. Que tu ressentes la douleur qu’entraine la séparation et l’absence. Que même le simple fait d’y penser ou d’évoquer son nom te fasses monter les larmes aux yeux. Que ta vie soit un torrent de larmes et de peines qui sont amplifiées à chaque pensée. Que tu sois si près du gouffre. Que tu ne saches jamais si tu pourras te relever un jour car tu sais que tu peux succomber et mettre des actes à des mots. Que tu aies honte de toi, de la personne que tu deviens, de ton reflet et de l’image que tu rejettes. Que tu ressentes la rage, le désespoir et la colère que suscite la moindre contrariété. Que tu crois l’apercevoir à chaque coin de rue, que tu te mettes a trouver des ressemblances avec n’importe quel individu. Que tu t’imposes le fait de te retourner, de scruter, de chercher, l’être cher à tout instants. Que tu sois toi, en moi, rien qu’une seule seconde. Peut-être qu’alors tu cesseras de juger sans rien comprendre et de parler pour ne rien dire ».

      Je n’en dirais pas plus pour le moment sur cette personne, mais il me semble important que vous sachiez certaines choses, délicates : nous avons beaucoup de différence d’âge. La relation que nous entretenons n’a jamais cessé d’être ambiguë. Nous nous envoyons des mails très régulièrement et m’a même écrit « tu me manques ». Il m’appelle « Belle jeune fille ». Mais le mystère reste entier. Il est au courant de mes sentiments mais pas de leur profondeur. Il ne sait pas qu’une distance, une séparation de deux mois d’été ont failli à deux reprises aussi me couter la vie. Depuis, je flotte, j’attends, j’espère. J’attends un signe, un tout petit signe d’amour, un regard approbateur, gage de passion. J’espère qu’il daignera faire face à notre relation qu’il qualifie de privilégié. Je sais qu’il se passe quelque chose, je l’ai toujours su. Mais il n’est pas seul, il a déjà construit sa vie, sa famille. Notre relation est interdite parce que mal vue, et souvent mal comprise, tabou.

      Mais je n’en ai plus honte, j’ai pu me former à cette idée : alors oui, Je m’appelle Stella et je suis amoureuse de mon professeur depuis trois ans. Je l’aime et me refuse à vivre dans ce monde égoïste sans lui. J’ai fais le serment sur moi-même que c’était l’homme de ma vie. Je ne l’abandonnerai jamais, quoi qu’il m’en coute. Je préfère mourir plutôt que d’imaginer la fin de ma dernière année au lycée. Dans deux mois.
      Dans deux mois, nous devrons nous confronter l’un à l’autre dans cet ultime face à face. Je devrais tout avouer. J’ai peur, j’ai mal.
      Pardon pour la longueur, et pour l’ensemble de mes imprécisions!

      Par pitié, suis-je devenue folle?

      • Aman 23 avril 2014 à 2 h 59 min #

        au fait tu n’est pas folle mais tu est arriver au stade final qui vient après se qu’on appel l’amour , moi même amoureux d’une fille dans m’a premiére année au lycée je ne supportait plus les weekend les DAY OFF les vacances , j’aimai vnir au lycée rien que pour passer mon temps avec elle , mais le soucis c’est pour elle j’était un genre de mec en peluche a qui elle raconte tous (relation,famille ) et j’étais son psy … mais au fait c’était moi qui encaisser la dernière année la seul chose a la qu’elle je pensait c’était le faite qu’on va plus se revoir après le lycée est la preuve que là après 3 ans je l’est vu qu’une seul fois lors d’un forum … au début on c’été promis qu’on va être toujours n contacte mais là a chaque fois qu’elle me parle c’est juste pour me raconter ce qui se passe avec son mec qui été mon amis au lycée … là j’attend le jour ou elle va venir pour me dire « quelle m’invite a son mariage  » je ne pourrait jamais supporter ça parce que ça va être vraiment la fin … elle s »appelle AFIFA
        et je l’aime toujours malgré tous ça … et je préfére rester seul plutôt que connaitre d’autre fille que je n’aime pas et que je ne trouve guerre a mon gout …bref nous les gens sensible c’est ça notre défaut on est pas fou c’est clair on a juste besoin de nos âmes sœur

      • Figarosi 10 février 2017 à 18 h 03 min #

        Bonjour Stella

        Je trouve ton message vraiment magnifique. Depuis, beaucoup de choses ont dû se produire en toi et autour de toi. As-tu trouvé la force de lui avouer ton amour ou es-tu passé à autre chose? J’ espère de tout cœur que cette passion t’a portée plus qu’ abîmée. Ces tourments nous rendent bienveillants, davantage à l’écoute. ils sont un terreau romanesque exceptionnel pour ressentir écrire, écouter, transmettre…

    8. Stella 24 avril 2014 à 22 h 25 min #

      C’est exactement cela Aman, je n’osais imaginer qu’il y ait qqun d’aussi amoureux et… malheureux que moi. Que la vie est triste etmonotone lorsqu’on ne peut prendre l’amour avec un grand A. Par curiosité et par empathie, quel âge as-tu aujourd’hui Aman? Depuis qd souffres-tu en silence pour ta moitié ?

      • Aman 25 avril 2014 à 11 h 18 min #

        bah au fait j’ai 22 ça fait 5 et 7 mois que je suis comme ça les gens disent qu’avec le temps je finirai par l’oublier ptit a ptit mais c’est le contraire … et ce qui est curieux c que parfois je me sent heureux de l’avoir connu et d’avoir vécu ça c tellement spécial , c tellement beaux que a chaque fois que je vois un couple je suis heureux pour eu j’aime ça j’aime l’amour si on peut dire ça … psk c douloureux mais en méme temps c beau !!!
        pour moi connaitre l’amour a mes 17ans je coyer que cété juste une periode d’adolescence et que ça va passé mais non j’été mature … j’été toujours là pour elle je me sentais bien avec elle … elle savait que ça me fait mal que je là voit ou bien qu’elle me parle de quelqu’un d’autre mais devant je fesais comme si y’avait rien … un jour on été en plein court d’anglais , alor elle commence a me demandé conseille pour un mec de la méme classe qui été mon amis , alor que j’ai commencer a lui donné des conseille j’ai pas supporter je suis sorti je me suit mis a pleurer (( j’ai pas honte de le dire j’ai pleurer )) elle m’a suivi elle ma dit « AYMAN ? KEK E t’a «  » je lui est menti j’ai pas eu le courage de dire se que j’avais et ça je les regretter… et je le regrette toujours ….
        est ce qui été dur a l’époque c que je ne pouvait n parler a personne !! vous imaginer un mec qui est toujours souriant non soucis PEACE raconte des truc pareil ah on va me prendre pour une pédale !! mais là avec le temps je commence a comprendre c juste de l’Amour sincère !!
        merci Stella excuse moi pour se grand texte . A

    9. Stella 25 avril 2014 à 22 h 02 min #

      Mon cher Aman,

      Voila c’est cela : le véritable amour sincere fidel, le vrai l’unique.
      Et ca n’a rien de jouissif et de bon pour celui qui le vit!

      Etonnement, je comprends, et j’avoue que ça me fais de la peine,d’être en capacité de le faire, parce que…. tu as l’air si doux, si gentil et tellement attentionné, amoureux de cette fille, c’est franchement injuste.

      Je n’ose imaginer ton quotidien loin d’elle, OMG, rien que de penser à ce qui va arriver dans 1 mois j’ai les larmes aux yeux.

      Comment un être humain qui a TROUVER SON AME SOEUR peut-il diable vivre sans elle? C’est etre condamné à (sur)vivre toute sa vie! Cmt faire face?

      Vis-tu avec qqun depuis?
      Pourquoi ne tentes-tu pas une approche? Meme indirect.

      • Aman 25 avril 2014 à 23 h 40 min #

        Voila c’est cela : le véritable amour sincere fidel, le vrai l’unique.
        Et ca n’a rien de jouissif et de bon pour celui qui le vit!

        Etonnement, je comprends, et j’avoue que ça me fais de la peine,d’être en capacité de le faire, parce que…. tu as l’air si doux, si gentil et tellement attentionné, amoureux de cette fille, c’est franchement injuste.

        Je n’ose imaginer ton quotidien loin d’elle, OMG, rien que de penser à ce qui va arriver dans 1 mois j’ai les larmes aux yeux.

        Comment un être humain qui a TROUVER SON AME SOEUR peut-il diable vivre sans elle? C’est etre condamné à (sur)vivre toute sa vie! Cmt faire face?

        Vis-tu avec qqun depuis?
        Pourquoi ne tentes-tu pas une approche? Meme indirect.

      • Aman 26 avril 2014 à 0 h 19 min #

        au fait …. elle est jamais loin de moi car a chaque instant y’a comme un flash une mémoire, un souvenir qui me revient , je me met a sourire !! j’ai toujours été une personne heureuse genre je sourit tt l temps quand je suis n présence de quelqu’un mais quand je me trouve seul les mauvaise idées commencent a me hanté et là ce qui me tué c le jour ou elle va venir pour m’inviter a son mariage !! 😮 tu imagine le coup de grasse ça va m’achever …
        et quand une fille essaie de se rapprocher de moi y’a eu pas mal , mais j’ai toujours été sincère je ne peut dire a une autre tu est la fille que j’aime ! et dans ma téte ,mon cœur ya ELLE j’ai beau essaie mais non c’est pas possible ! donc je me voit d’ici 10 ou 15 ans seul !!! je tiendrai le coup car elle n vaux la peine
        … un jour un mec m’a dit et s’il tu là rencontre par hasard que va tu faire ? dans mon esprit c’est l’embrasser lui tenir la main et lui dire que je l’aime … mais d’un autre coté c tellement embarrassent que juste le faite de la salue comme dab lui demandé comment elle va et lui si elle du nouveau dans ça vie!!! c sur que c ce que je vai faire …. et ça c le coté Noir de cette histoire !!

    10. Aman 25 avril 2014 à 23 h 38 min #

      au fait …. elle est jamais loin de moi car a chaque instant y’a comme un flash une mémoire, un souvenir qui me revient , je me met a sourire !! j’ai toujours été une personne heureuse genre je sourit tt l temps quand je suis n présence de quelqu’un mais quand je me trouve seul les mauvaise idées commencent a me hanté et là ce qui me tué c le jour ou elle va venir pour m’inviter a son mariage !! 😮 tu imagine le coup de grasse ça va m’achever …
      et quand une fille essaie de se rapprocher de moi y’a eu pas mal , mais j’ai toujours été sincère je ne peut dire a une autre tu est la fille que j’aime ! et dans ma téte ,mon cœur ya ELLE j’ai beau essaie mais non c’est pas possible ! donc je me voit d’ici 10 ou 15 ans seul !!! je tiendrai le coup car elle n vaux la peine
      … un jour un mec m’a dit et s’il tu là rencontre par hasard que va tu faire ? dans mon esprit c’est l’embrasser lui tenir la main et lui dire que je l’aime … mais d’un autre coté c tellement embarrassent que juste le faite de la salue comme dab lui demandé comment elle va et lui si elle du nouveau dans ça vie!!! c sur que c ce que je vai faire …. et ça c le coté Noir de cette histoire !!

    11. Jiko 20 mai 2014 à 12 h 33 min #

      Bonjour, et merci pour cet article « éclairant ».

      Très juste : le contexte de la fixette (le terreau)
      et comment s’en sortir : « laissez tomber » (alors que toutes nos émotions, et la vie, et l’univers, et le temps, bref la réalité toute entière semble nous hurler hystériquement le contraire)

      Une affaire d’égo blessé aussi. Le problème n’est pas la personne sur qui on fait la fixette, mais le problème est en nous. La personne remplis toute notre réalité, mais c’est un problème de lecture, d’interprétation. Chez moi c’est une ancienne souffrance qui date de l’enfance et remonte aujourd’hui à la surface, me mettant face à moi-même. sans aucun autre repère que cet échec « amoureux »

      épuisant, envahissant et destructeur pour l’estime de soi, et surtout si on en manque déjà, là c’est la goutte d’eau, ou la goutte d’acide qui bouffe petit à petit notre amour-propre, et nous tue de l’intérieur…

      Et surtout, l’obsession amoureuse s’acharne à humilier cette partie de nous qui doit vivre et s’épanouir dans la réalité, au profit du regret, du ressassement, de l’anéantissement du présent, et de la destruction de toute perspective d’avenir.

      Bref l’obsession amoureuse détruit absolument tout…

      J’ai beau savoir, j’ai beau comprendre… Je suis obligé de lire et relire votre article (je dois me forcer car ça veut pas lâcher-prise…)

      Cette partie de moi qui veut souffrir, qui rajoute des clous sur la tartine à supplice, cherche à s’enfoncer dans le passé, ou désir trouver je ne sais quel enseignement dans la torture…

    12. Interstellar 2 juin 2014 à 7 h 04 min #

      Bonjour,

      J’ai aussi envie de témoigner et je trouve que ce Jiko dit est très juste.
      Je pense que l’obsession amoureuse arrive effectivement à un moment où le terrain est miné et où on a pas demandé cela, ni attendu cela. Il y a comme une forme d’autodestruction la dedans. Inconsciente.

      Je crois beaucoup que notre corps et notre subconscient nous parle. Par exemple sous forme de maladies, accident, un geste manqué, un lapsus..etc

      Dans le cadre de l’obsession c’est comme-ci nous même, notre subconscient abstrait, imperceptible ne fait qu’appliquer notre envie de « mourir ». Mourir dans le sens où votre article parle d’ennui, de routine,… bref de morosité, de vie sans saveur dans ses causes.
      Il est à noter que souvent des personnes en fin de vie juste avant le moment fatidique sont de nouveaux joyeuses et plein d’entrain puis retombent.

      J’ai l’impression que l’obsession prend la forme d’une métaphore de fin de vie, mort de quelque chose… pas nécessairement de nous, personne physique mais d’un état de nos vies qu’il faut changer.

      Cette forme obsédante, aliènante nous invite à l’introspection de nous-même. Pourquoi ne nous autorisons pas à être heureux? Etre libre? A aller de l’avant?

      Pour mon cas, je suis quelqu’un à la base qui se bloque sur beaucoup de choses. Mon éducation, ma mère, ma soeur m’ont toujours fait percevoir les hommes comme des dangers potentiels (père absent très souvent et mutique) et dont il fallait s’en préserver. aLors que ma soeur enchaînait les conquêtes, elle balançait ses mauvaises expériences sur moi la plus jeune, ses propres peurs et frustrations.

      Je me suis toujours abstenue de séduire à cause de ça. Dans le contrôle de mes sentiments, j’ai eu beaucoup de peurs et de frustrations car aimer c’est être vulnérable, faible, dépendant,. C’est se mettre à nu. Malgré tout, je suis malheureusement une idéaliste, une romantique. Et tout ce qu’on m’a dit sur les hommes ne m’a pas aidé à en rencontrer des bons.

      Voilà à ce qui m’amène à 3 obsessions à mon actifs. deux terminées et une en cours.

      Les 3 sont des coups de foudre. La 1ère à 13 ans, coup de foudre mais c’est une connaissance du collège qui est sorti avec. Ce qui m’a valu d’effroyable crises de jalousies internes (je vous disais, frustrations, blocages..ect) avec des conséquences désastreuses dont je n’étalerai pas car hors sujet. Cette obsession a duré 4 ans. Cependant, on a pu flirter une fois ensemble (alcool aidant) mais je voyais bien que cette histoire n’était que dans ma tête et de l’ordre de l’impossible car fantasmé et qu’il ne m’aimait pas comme moi je l’aimais. Je suis passée à autre chose, un jour sans savoir vraiment comment, le temps sans doute et le passage à l’acte du flirt aussi.

      La 2 ème, fut longue et dura 13 ans. Nous nous aimions tous les 2, j’avais 17 ans. C’est lui qui a fait le pas car moi comme je vous l’ai dit incapable. Le hic, c’est que son ex nous a mis les bâtons dans les roues en annonçant sa grossesse. Amour impossible. Rupture, je suis allée loin dans l’autodestruction et dans cette obsession de lui. J’ai même déménagé, quittant tout mes parents, mon lycée, mes amis, mes repères avant le bac pour couper les ponts, bref… tout pour oublier, nier, renier, oublier…la douleur était si intense. rien à faire il était là. Le non-dit persiste.
      Plus tard, je prends le courage de l’écrire. Il me fait part de sa vision des choses, de ses responsabilités de père de famille…etc et je me rends compte que lui-même ne pensais pas forcément à moi comme moi à lui de manière aussi sincère et obsédante. Douche froide, je ne l’aime plus. Il me fallait juste mettre les choses au clair enfin DIRE, dire quelle a été ma douleur et tout les renoncements subis pour le fuir et ne plus souffrir. Mais je souffrais de son absence en silence jusqu’à cette prise de contact. J’ai honte, j’ai perdu mon temps à aimer un fantôme, un être qui avec l’évolution était complètement opposé à moi. 13 ans de prises de tête avec moi même, voilà la facture.

      La 3 eme actuelle, est aussi une pseudo histoire impossible. Je sors de deux séparations exténuantes coups sur coups. Pas encore remise, un autre avec qui je flirtais beaucoup s’en est allé vivre sa vie de sac à dos. je le savais de toute façon. Il me manque et je pense à lui mais de façon « normal » on va dire. Puis, je sors pour me changer les idées après avoir lu son mail où il m’encourage à vivre ma vie… et là je tombe sur mon obsession actuel. Coup de foudre inattendu. Ce n’est pas le bon moment, je suis meurtrie, fatiguée, aigrie, je n’ai plus envie d’une relation, ma vie est en échec. MAis non, ça me tombe dessus encore.

      C’était aussi une personne de passage, mais il est unique à mes yeux, quelqu’un comme je n’avais plus rencontré depuis longtemps (des sensations que j’ai eu avec ma 2eme obsession) Je le mets sur un piedestale, le l’admire, il est doué, charismatique, différent, j’ai l’impression de l’avoir toujours connu, bref, une vraie illusion due au coup de foudre. Je n’ose pas. Puis je prends les devants, l’invite. C’est moi finalement qui le séduit alors que je n’ai jamais fait cela et ça marche. MAis j’ai peur, je tombe malade, je perds 15 kilos en un mois. Je ne mange plus. Je tiens à peine sur mes jambes. Je me laisse mourir et en même je suis si amoureuse de lui, il est là, il m’instruit, on aime passer du temps ensemble simplement, il me nourrit de son intellect, il me fait sentir que j’existe après mes 3 précédents échecs sentiments……..
      mais il est aussi ailleurs……..

      Ici, ce n’est pas son pays. Car il va partir et on ne se fait aucune promesse. Nous sommes adultes et lucides. Je ne sais rien de lui, de sa vie amoureuse, ni s’il avait quelqu’un. On se laisse vivre le présent « sans se prendre la tête » ce sont ses mots, mais moi je me l’a prenais la tête. J’admire son travail, son corps, sa beauté, sa douceur..etc. Je suis heureuse et malheureuse.
      Il reprit l’avion, certaine fois, il était distant, d’autre fois très proche. Je ne le comprenais pas toujours. On a gardé contact un peu de temps. Il ne répondais plus vraiment un moment aux mails mais toujours aux Tchats sur Skype ou G+, d’ailleurs c’est lui qui venait me parler.

      J’ai coupé les ponts. Je refusais de n’être devenue qu’une créature virtuelle pour lui. La machine à fantasme s’est mis à tourner de nouveau: « Il me parle sur internet comme il parlerai à n’importe quelle fille qu’il séduit sur le net.. » « Il me parle parce qu’il s’ennuie entre ses deux phrases de thèse à la bibliotèque »… Je m’auto-persuadais que ce bonheur n’était pas pour moi car trop fort, trop beau, trop injuste. Je ne mérite pas le bonheur de connaître un amour si grand, si fort, si pur.

      Je ne saurais jamais si finalement il avait quelqu’un ou non dans sa vie, ce qu’il ressentait pour moi à ce moment de sa vie.

      Nous sommes dans les non-dits. Il ne me répond plus. J’ai envoyé 2 mails. Silence, mutisme, absence, il est loin, très loin même. Je ne lui ait jamais avoué mes sentiments et cette douleur qui me tiraillait dès le début et qui me mettait des freins, à cause de mon passé.
      Cela fait 7 mois qu’il est parti et 3 mois où tout lien s’est rompu. Cette rupture radicale de mon fait me travaille encore sans cesse. Une obsession donc. J’aime donc je souffre.

      Ce que je pourrais conseiller aux gens c’est d’avoir « les couilles » de casser les non-dits et d’aller de l’avant pour ne plus taire leurs sentiments. C’est 80% de la victoire gagnée sur l’obsession même si vous vous prenez un rateau où bien si la personne est en couple ou si vous vous rendez compte que vous ne l’aimez plus au final. Le but c’est de sauver votre peau de cette contrainte et de faire quelque chose pour enclencher le processus de guérison. Moi j’ai eu 17 ans et demi d’obsession dans ma vie et j’espère sortir de la dernière très vite.

      • Boumboum 28 juin 2015 à 3 h 24 min #

        ça fait plus d’un an… votre récit est très touchant.
        Vous devez ressentir la vie comme peu de gens peuvent le faire, c’est votre force mal catalysée, qui se retourne contre vous, que vous retournez contre vous pour une raison à trouver… je reste persuadée que comprendre la faille permettrait de rétablir l’ordre.
        en ce qui me concerne (je vis aussi les obsessions) je crois que mon « mal » vient de la génération qui me précède, une série d’abandons… je n’ai pas eu à en subir lors de mon enfance mais j’ai totalement intégré en moi cette douleur et cette peur d’être abandonnée… alors j’ai l’impression de me diriger toujours vers ce schéma : je vais vers des personnes susceptibles de m’abandonner, (majestueusement) froides d’emblée, je vis de courtes histoires, et tout est fait de part et d’autres pour que ça capote : la froideur de l’autre et ma blessure qui me fait m’effondrer avant que ne subvienne le malheur (comme une prophétie auto-réalisatrice)………. s’en suivent de longs mois ou années où je tente d’oublier sans que ça marche, je reste l’enfant abandonnée inconsolable, ayant à jamais perdu sa sérénité, une douleur insondable, je me réveille la nuit choquée par mes propres visions noires et abstraites. Mais vient toujours le moment de s’en remettre, puis malheureusement d’y replonger par le ‘biais’ d’une autre personne.
        Je crois que vous avez raison, il y a la parole avant tout, le courage de s’exprimer (pour le meilleur et pour le pire), puis il y a autre chose : comprendre l’enfant intérieur blessé et tyranique (lire Moussa Nabati à ce propos.. merveilleux), à ce moment-là il sera possible de casser les schémas, de cheminer vers des amours plus tranquilles, plus profonds aussi et ne plus être victimes nos addictions amoureuses, car il ne faut pas ce le caché c’est tout sauf de l’amour, c’est une sorte de désir qui se transmué (pour le pire) en besoin : besoin de combler le vide en soi, de refermer la plaie par une personne-médicament… le désir (et pas qu’amoureux) a besoin de l’absence, d’un vide bienfaiteur, qui ne se comble jamais complètement, l’amoureux/ amoureuse est une autre personne que soi, qu’on ne peut assimiler à (ou en ) soi, le désir amoureux fait que deux personnes ne se complètent jamais totalement, c’est ainsi seulement qu’elles ne se détruisent pas et qu’elles vivent une dualité sereine…
        Bon courage à vous interstellar, la force est là, transmutez-la !

      • Moh 7 décembre 2016 à 0 h 21 min #

        Salut je viens de lire ce que tu as écris tu as entièrement raison sur ce que tu viens de dire je pense aussi il ne faut jamais garder une émotion a l intérieur de soi de croire que de ne rien dire c est mieux parce que les émotions reste dans notre subconscient il faut lâcher que ce sois de la colère de l amour , de la peur en osant dire ce que tu pense il faut le faire car sa te libère

    13. Bakura 11 juin 2014 à 2 h 26 min #

      Bonjour,

      Je suis en obsession amoureuse, et si, comme pour moi, vous êtes dans l’impossibilité pure et simple d’oublier la personne que vous aimez, et bien faites comme moi, faites en une force.

      Le moteur le plus puissant est l’amour. Avec celui-ci, faites en sorte que votre vie soit tellement belle que votre bien-aimé ai envie de la partager. Ainsi, petit à petit, vous allez améliorer votre vie, et donc vous en sortir plus facilement, peut être même naturellement, qui sait ?

    14. Paul Tergeist 8 juillet 2014 à 18 h 46 min #

      Bonjour,
      Pour ma part les trois stagnations étaient (sont) présentes…
      – Un job auquel je me rends à reculons tous les matins et dans lequel rien ne m’intéresse (et que je garde pour raison « alimentaire » car responsabilités familiales)
      – Une compagne de long terme (2 enfants ados) que je n’aime plus, faute de sens à notre couple et de crises à répétition, mais que la maladie ne me « permet » pas de quitter, car sans ressources et dépendante d’un tiers.
      – Des amis « personnels » inexistants, fréquentations ne concernant que ses amis à elle, la faute à une trop grande différence culturelle entre les miens et elle
      – Pas de temps à consacrer à des loisirs « épanouissants » (musique, cinéphilie, lecture, sport…tout ce que j’aime, quoi).
      Et un beau jour, fin 2013, alors que le cerveau est en pilotage automatique et qu’on ne pense même plus aux abîmes dans lesquelles on risque de sombrer (dépression ?), une étincelle. Je la connaissais puisque assistant aux conseils de classe en tant que parent délégué. Mais je ne lui avais jamais parlé en tête-à-tête. Une des profs de mes enfants. Plutôt jolie, mais pas plus que tant d’autres, rien d’exceptionnel. C’était autre chose que je ne connaissais plus chez une femme : une voix douce, une expression orale parfaite, une gestuelle élégante mais sans « manières », un sourire discret mais franc, bref, une féminité naturelle qui m’a retourné, même si je sus (enfin je pense) garder mon calme en sa présence et me concentrer sur ses commentaires de prof.
      La petite graine a germé pendant des semaines, je pensais à cette femme que j’avais découvert un tout petit peu plus et qui me semblait un mirage perdu au milieu de mon quotidien. En plus, mes enfants, bien involontairement, me parlaient d’elle tout le temps, me confiant qu’elle était célibataire, etc etc…une torture.

      La fin d’année scolaire approchant, j’ai cherché des moyens de prendre contact avec elle, j’ai trouvé des infos sur elle, et quelle ne fut pas ma surprise – et ma peine – d’apprendre (de source fiable !) que cette femme cherchait une relation stable pour fonder famille avec un homme aux qualités me correspondant tout à fait, sans parler des intérêts en commun (hobbies, culture…). Mais voilà, s’il suffisait d’aller la voir et de lui dire, ce serait trop facile.
      L’amour est simple, ce sont les gens qui sont compliqués, pas vrai ? ^^

      J’ai finalement réussi à prendre contact avec elle, mais pendant une période d’intense activité professionelle, donc mal tombé, car très perfectionniste dans son travail. En plus, elle est d’une prudence…
      Les occasions de la « croiser » dans un autre cadre sont rares, elle est maintenant en vacances et va sans doute partir quelques temps.
      Je pense lui être sympathique, mais pour l’instant pas davantage.
      Il faut dire qu’elle n’est pas au courant de ma situation personnelle, et étant un personne assez « morale », je la vois mal faire des appels de phares à un parent d’élève encore « géographiquement » en couple, même si elle avait craqué sur moi.

      Je reconnais que cette situation est usante, parfois déprimante, mais là où je vis, les occasions de croiser une telle femme (ce n’est pas qu’elle soit exceptionnelle, c’est que nous avons vraiment des choses en commun et qu’il faudrait qu’elle ait l’occasion de le savoir) sont plus que rares. Après presque deux décennies difficiles, je veux retrouver goût à la vie avec une femme qui puisse inverser le phénomène de blanchiment précoce de mes cheveux…

      Merci de votre attention, ça fait un peu pavé mais quand on commence à écrire on ne s’arrête plus…
      A vous lire bientôt j’espère,
      Bien cordialement,

    15. Sam 11 août 2014 à 11 h 25 min #

      Bonjour,

      Les témoignages que j’ai lus ici m’ont beaucoup touché.
      Tout comme ce passage de l’article d’Alexandre « Ce n’est pas une tare, ni une marque de faiblesse. Au contraire c’est même la marque des personnes profondément humaines, apte à ressentir plus intensément les choses. »
      Je le crois très juste.
      J’ai longtemps nié le fait que je suis quelqu’un d’hypersensible. Une hypersensibilité émotionnelle, sensitive, kinesthésique. Parfois, cela illumine la vie. Brièvement, à la faveur d’un ciel que l’on observe, d’une œuvre d’art qui vous bouleverse ou d’un sourire qui vous fait sentir plus vivant. Mais le plus souvent, c’est une épreuve. Comme si l’on vous écorchait vif, l’âme brûlée par le désespoir, le maelstrom des sentiments et les hurlements intérieurs.
      Je suis tombé amoureux d’une collègue de travail. J’aime sa douceur, l’ovale de son visage, ses seins menus, cette grâce discrète qui caractérise ses gestes, cette façon qu’elle a de sourire et tant d’autres choses.
      Nous avons passé beaucoup de temps ensemble au travail. Nous nous sommes même vus une fois en dehors du travail à la faveur d’une sortie avec ses deux filles.
      Elle m’a beaucoup parlé d’elle, sollicitant mon avis et mes conseils sur ses difficultés avec son ex conjoint et d’autres choses de son existence.
      Un jour, récent, je l’ai consolée, la prenant dans mes bras après une crise de larmes suite à de grosses difficultés familiales qu’elle venait de traverser.
      Elle m’a alors fait part de son sentiment d’être incomprise depuis longtemps, de se sentir comme une extra-terrestre, trop sensible, trop rêveuse. Elle a le sentiment que je fais partie des rares à pouvoir l’appréhender correctement.
      Elle m’avait une fois envoyé un sms pour me dire qu’elle était heureuse de me connaitre et que je fais partie de ces gens qui rendent la vie plus supportable.
      De mon côté, l’amour a grandi dans mon cœur progressivement. Je ne suis, pour ainsi dire, jamais tombé amoureux. J’ai eu du mal à comprendre et admettre ce qui m’arrivait.
      Aujourd’hui, je n’ai plus de doutes, je sais que je l’aime. Mais cet amour n’est pas réciproque.
      Elle nourrit une relation avec un autre homme. Relation compliquée et qui pourrait donc me laisser espérer. Mais je ne veux pas courir après une chimère. Elle m’apprécie c’est certain mais elle ne m’aime pas.
      J’en souffre énormément. Alors même que j’écris ce texte, je pleure. Je vis cette situation avec une acuité et une intensité qui me dévorent de l’intérieur et me laisse exsangue.
      Je sais que je n’aurais jamais le courage de lui avouer mes sentiments.
      J’ai donc décidé de démissionner afin de ne plus la côtoyer au quotidien. Cela m’est devenu insupportable.

    16. Marco 3 novembre 2014 à 22 h 48 min #

      je pensais etre le seul « idiot » à vivre ce genre d’aventure impossible, le seul fait de lire d’autres témoignage me réconforte déjà.Le fait de « decripter » le terreau fertile aussi.
      en ce qui me concerne; il m’est tombé dessus ce que jamais je ne pensais qu’il soit possible de m’arriver un jour, le coup de foudre pour une fille de 20 ans plus jeune, incroyable et impossible.Apres les 5 mois extenuants passés à attendre les entrainements et sorties sportives durant lesquelles il était possible de se voir, je prends enfin un peu de recul, grace à vos témoignages aussi.S il me semblait déceler par moments que cette jeune femme me portait un interet (quelle folie) je crois bien que je me berçais d’illusions, mais le doute subsistera, je ne saurai probablement jamais: simple jeu de séduction de sa part,interet reel puis retractation(‘je suis en couple) ou une autre raison. Je me sens stupide à présent d’avoir cru à une telle relation, j’étais pourtant pret à tout lacher……
      il va falloir maintenant affronter les journées de travail et les entrainements communs, la tentation décrite plus haut « d eviter « certains couloirs ou horaires de sortie est grande.
      le plus difficile est d’accepter l’idee que cela ne menera à rien, c’est une question de santé personnelle.
      en esperant que mon temoignage aidera d’autres personnes.

    17. Charlotte 12 février 2015 à 21 h 19 min #

      Merci Alexandre pour ce superbe article ! Il me réconforte tout au temps que ces commentaires. Je vais en profiter pour lire un peu plus ton blog.

      Et bien que je sois une femme, je me suis senti également concernée par la fixette amoureuse.
      Il y a quelques mois, j’ai littéralement flashé sur un jeune homme travaillant à côté de mon immeuble. Bien que nous ayons beaucoup parlé le jour de notre rencontre, je n’ai jamais osé lui demandé de sortir prendre un verre.
      Récemment je lui ai même laissé un petit message signé avec mon nom sur son pare-brise car il gare sa voiture tous les jours devant ma fenêtre !
      Mais se souvient-il encore de moi après une seule discussion ?
      Il n’y a jamais répondu.

      Je veux l’oublier car cela frise l’obsession, me rend très triste et empiète sur mon travail.
      Mais d’un côté… c’est un tel shoot d’adrénaline. Je me sens vivante !

      • miomio 3 novembre 2015 à 21 h 01 min #

        oui, c’est comme une drogue. Aujourd’hui j’ai eu une discussion avec ma fixette. Je pense, qu’elle et moi, avons mis les choses au claire. Je me suis senti bien, soulagé après cette discussion. Mais ce soulagement à été de courte durée. Au bout de quelques heures de répit, voilà que je recommence à pensé à elle, volontairement. J’en avais besoin, je ressentais et continue à ressentir un manque, c’est comme si j’avais besoin d’un fixe, en sachant que ma dose je vais la prendre lorsque je vais me coucher. Et comme un alcoolique, je vais me réveiller cette nuit, malgré moi, au alentour de 3 ou 4 heures du matin pour prendre ma dose de la nuit.

    18. Bichnoï 25 mars 2015 à 11 h 31 min #

      Comment savez-vous tout ça ?
      Ca fait du bien à lire tout ça ! Merci, je me trouve tellement seul.
      Ce que vous dîtes est tellement juste !
      Merci de votre aide.

      • denis 22 juillet 2015 à 21 h 20 min #

        je comprends le shoot d’adrénaline, mais une fois le shoot passé c’est si épuisant…. non?

    19. Jiko 3 avril 2015 à 11 h 47 min #

      Certaines personnes sont plus « touchées » que d’autres, je pense notamment au témoignage de Sam, Interstellar. Moi ça fait longtemps que ça dure, mais inutile de donner des chiffres ou parler des détails, ça ne fait qu’alimenter le problème.

      il y a 1 mois et demi de ça, je me suis lancé dans un projet créatif ludique qui dura 3 semaines. Je devais me creuser la tête, sortir de chez moi, faire des prises de vue etc. J’ai fini par m’oublier complètement dans ce petit projet créatif, et donc oublier la fille, au sens où cette personne est retournée progressivement là où est sa place, à savoir dans le passé. Quand j’y repensais, je me sentais totalement libéré de cette personne, et j’hallucinais de voir jusqu’où j’étais tombé…Bref, elle était loin. Ou plutôt c’était moi qui était loin, moi qui avait avancé.

      Seulement, une fois le projet fini/interrompu (panne de matériel) le vide est revenu, et l’obsession aussi, mais de manière pernicieuse, et progressivement, en quelques jours, elle s’est réinstallée avec une force et une vivacité encore inégalée. L’OA est comme un trou noir qui fait défiler toute notre vie, et nous attire dans son coeur de destruction.

      Il y a donc une crise à vivre, un éveil à provoquer. Je conseille donc à tous (même si je ne suis pas bien placé pour ça), d’essayer de se dépasser. De se surmonter soi-même. Non seulement car il n’y a pas d’autres solutions, mais essentiellement car c’est le message de fond que l’obsession amoureuse nous envoi. L’OA est là comme un démon qui nous pique les fesses avec sa fourche pour qu’on escalade la montagne de nos problèmes et qu’on la domine.

      La créativité, par exemple, permet de s’oublier, et de produire et d’affirmer quelque chose de personnel dans le monde réel, ce qui revient aussi à se réapproprier sa propre « puissance » et réinstaurer la capacité de controle dans notre quotidien. puisque je crois que l’OA nous renvoit à un sentiment d’impuissance, à un niveau ou à autre de notre vie.

      il y a aussi à travers cette idéalisation de l’autre, le signe d’un manque de confiance en soi et donc d’estime de soi. Par exemple, non seulement cette fille m’intrigue mais j’éprouve une espèce d’admiration pour elle, j’admire ses qualités, des qualités que je ne pense pas avoir. Des qualités que j’envie, en somme. Mais l’admiration, est-ce de l’amour ? j’en suis pas sur, admirer les autres c’est toujours se mépriser un peu soi-même. Déjà, si vous vous considériez comme étant l’égale de cette personne, vous vous sentiriez mieux.

      autre chose, je me réfugie dans ce fantasme par peur d’aller voir ailleurs, par peur de la réalité, peur de décevoir, d’être déçu, de ne pas être à la hauteur etc etc. Bref, je crois que cette obsession exprime aussi un mépris flagrant de soi – ou en terme plus doux, un aspect de nous qui n’est pas encore éveillé.

      c’est une introspection terrible, mais le dormeur doit se réveiller !

      bon courage à tous!

      • Boumboum 28 juin 2015 à 3 h 39 min #

        Merci Jiko,
        Votre message est plein de bon sens et fait vraiment du bien à lire : )
        C’est précisément parce qu’on se sous-estime et qu’on sur-estime les autres que les rencontres heureuses ne se produisent pas… (on serait presque tenté de déduire que si les autres nous estiment c’est qu’ils se trompent ou qu’ils ne valent pas grand-chose à nous estimer?.. alors on évite ces relations du champ du possible et on se punit avec les obsessions, qui donnent l’impression de vivre quelque chose mais qui ne sont -virtuellement- que des auto-fictions… paradoxalement rassurantes) Il est alors bon de rétablir un sens de la justice valable pour tous, y compris soi !
        Merci encore !

      • denis 22 juillet 2015 à 21 h 39 min #

        Je voudrais apporter mon témoignage après avoir lu ce très bon article et tous vos témoignages. Moi j’ai fait tout ce qu’il ne fallait pas faire et même pire: après une rupture amoureuse, j’ai pensé inconsciemment sans doute, que ça pourrait revenir, et au bout de 6 mois, je suis allé voir sa page FB et me suis aperçu qu’elle avait un nouveau mec: elle m’a black listé, j’ai piraté son email, je l’ai presque harcelée, j’ai perdu toute dignité, heureusement ça s’est bien fini, son mec m’a appelé, et en fin de compte j’avais juste besoin de savoir que c’était vrai (et oui mon garçon elle a refait sa vie, à toi d’en faire autant…). Mais j’ai quand mm fait une dépression, et la psy que j’ai vue ne m’a pas aidé. Anti-dépresseurs, anxiolytiques, médocs pour arriver à dormir, et là tout d’un coup je rencontre une autre femme, et devinez quoi! j’en tombe fou amoureux, sauf qu’elle non, elle sortait aussi d’une rupture, et puis, ben bref, c’est pas tous les jours qu’on tombe amoureux… comme ce qui est dit dans l’article, je crois que le terreau était là, j’avais un boulot qui ne me plaisait plus, ma vie sociale était inexistante, je ne faisais pas de sport, et je me démenais avec cette putain de dépression… et peut-être que j’ai fait un transfert sur cette fille. ça a duré 3 mois avant qu’elle ne me signifie mon congé, pour des raisons que je ne comprends toujours pas vraiment (hormis le fait, non négligeable il est vrai que je buvais trop) et donc après 7 mois maintenant, j’ai refait les mm erreurs (lui envoyer des mails et des textos) en ayant une fois de plus perdu toute dignité, éh bien je pense encore à alle, en me disant que je n’aurais pas dû faire ci ou ça, en refaisant le monde, et en me disant que je suis une vraie merde, … mais je me soigne, j’ai repris le sport, et je fais une formation pro, et quand je vous lis, je me dis que je suis pas seul à faire une fication, et qu’on peut s’en tirer! bien à vous!

    20. Jadorre 28 juin 2015 à 0 h 31 min #

      Merci pour cet article ça fais tellement du bien de lire ça !jai l’espoir de redevenir heureuse car je sais maintenant qu’il y a des solutions et qu’au final les éléments qui maintiennent cette fixette sont à changé dans ma vie
      Je souffre trop depuis 2ans (fin de notre relation)et un psy n’aide pas.c un travail a faire sur soi il faut avoir « les couilles « de changer notre dacon de vivre,de se refaire une vie social et retrouver alors,notre ego et notre confiance en nous
      Courage a tous !ne cessons pas de nous battre pour de pas être victime de ce mauvais sort !

    21. Shark 24 juillet 2015 à 21 h 52 min #

      Moi même en couple depuis presque 10 ans, je suis tombé dans cet enfer qu’est l’obsession amoureuse pour une collègue, en couple également mais soit disant insatisfaite avec son Jules…

      Pendant près d’un an j’ai travaillé dans le même bureau qu’elle, sans avoir de relations autres que professionnelles.
      Et puis en début d’année dernière, nous avons commencé à discuter de tout et de rien par messagerie instantanée. D’abord des banalités, puis petit à petit nous nous sommes dévoilés nos vies. L’entente était très forte, au point de créer un sentiment d’amitié fort.
      J’avais de l’attirance pour cette femme depuis le départ c’est vrai, mais de la même façon que j’ai pu en avoir pour d’autre par le passé. Je ne me faisait aucun film. Et puis au fil de nos échanges, elle est devenue de plus en plus taquine, me faisant comprendre que je ne la laissait pas indifférente non plus.

      Et puis durant le beau mois de juin 2014, un samedi soir, après une excellente soirée dans un lieu entouré d’autres personnes, et alors que nous discutions par SMS, j’ai osé lui avouer que je la trouvait très attirante. C’est à partir de ce moment là que notre relation à pris une tournure bien plus sensuelle.
      Échanges d’histoires érotiques d’abord. Puis demande de câlins de sa part juste avant de se rendre au travail… Elle n’hésitait pas à me dire qu’elle était en manque de moi, qu’elle avait du mal à se concentrer sur son travail à cause de son désir pour moi… Nous avons même faillit passer à l’acte pour de bon une fin d’après-midi après le travail, dans un petit coin de forêt très chouette…
      Mais quand les choses ont faillit déraper, nous avons réussi à nous retenir de justesse.
      Le lendemain, les échanges de messages passionnés tout au long de la journée ont continués pendant quelques jours, et puis après le week-end de la mi-juillet : terminé. Plus rien. Silence total. C’est à peine si elle semblait me reconnaître au travail.

      C’est à partir de ce moment que mon calvaire à commencé. Passé d’une relation d’une telle intensité à un vide intersidéral en l’espace d’un week-end m’a laissé complètement abasourdi et déboussolé. J’ai bien tenté de comprendre ce brusque changement de comportement, mais elle ses seules réponses étaient que ses envies pour moi n’avaient pas changé, mais que l’on ne pouvait pas s’échanger autant de SMS tout le temps, qu’il fallait se calmer pour que ce soit encore meilleur après.
      Son ignorance pour moi à duré jusqu’au mois d’octobre 2014. J’ai vraiment très mal vécu cela, au point de tomber dans un début de déprime.
      Et puis en octobre 2014, surprise, retournement de situation. Je lui manque énormément, elle voudrait des câlins, que je l’embrasse, elle voudrait passer du temps avec moi… Et moi qui suis accro, je replonge tête la première sans me poser plus de questions…

      Cette fois la relation prend une tournure plus sentimentale, plus uniquement basé sur l’attirance. Elle n’hésites plus à m’envoyer quelques « Je t’aime » de temps en temps. Grosse dispute avec son copain en Novembre, celuiquitte en furie leur appartement pendant une semaine. Elle m’appelle en pleur. Qui est-ce qui est là pour la réconforter ? Lui donner l’affection qu’elle demande ? Moi bien entendu.

      Et puis réconciliation avec son copain, et rebelote, elle redevient plus distante, gardant cependant le contact. Mais terminé les messages passionnés. Je ne suis plus qu’un « ami proche ».
      Et moi qui souhaites vivre cette relation pleinement, je commence à devenir insistant. Jusqu’au moment ou elle me sort ces mots fatidiques suite à une dispute : « On ne peut pas être ensemble tout le temps, j’ai [nom de son copain], je ne cherche pas a avoir deux hommes dans ma vie ! ».
      Tout s’écroule pour moi. Comment as-t-elle pu m’écrire les choses qu’elle m’a écrite, comment a-t-elle pu me faire les caresses qu’elle m’a faite et me dire cela ?

      Bref, je suis dans la tourmente. Elle veut que l’on reste amis proches. Elle veut toujours profiter de mon affection, avoir des câlins et des baisers, mais cela uniquement quand ça l’arrange. En dehors du travail, c’est silence radio. Dès qu’elle termine sa journée, c’est terminé, je n’existe plus. Et en fait, à bien y réfléchir, cela a toujours été comme ça.

      Aujourd’hui, ça fait presque un mois et demi que j’ai coupé les ponts. Maladroitement certes, après un manque de sa part que je ne peux pas détailler ici. Plus de Facebook, plus de numéro de téléphone, plus… rien. J’essaye de me recentrer sur mon couple, de voir des amis. J’ai repris le sport de façon intensive. J’ai un ami très proche à qui je peux me confier, qui me comprend et qui m’aide à tenir mes résolutions. Mais qu’est-ce que c’est dur… C’est la pire épreuve que j’ai pu affronter dans ma vie. J’ai 27 ans, et je me sens vide. Les journées n’ont plus de saveur. Elle hante encore mes pensées, même si je parvient à lutter contre la tristesse qui m’envahit parfois. Je fais tout pour la voir et la croiser le moins possible durant la journée. Mais il suffit que je l’aperçoive pour redevenir fébrile. Vivement que cela s’arrête !

    22. stop 10 août 2015 à 22 h 45 min #

      Bonjour,

      Je viens de lire certains commentaires meme si celui de Stella est complètement flippant de mon point de vue…
      Voilà, femme de la ville, qui a voyagé et toujours été dans des environnements stimulants intellectuellement, je me retrouve pour raisons pro dans une toute petite préfecture… Bref, je viens de comprendre pourquoi, sans etre ni particulierement belle ou intelligente (un minimum quand meme, mais rien de transcendant), je suis la cible réguliere de « fixette »… De mon point de vue, ça tient du paranoïde… Impossible de faire une sortie, sans avoir l’impression d’etre dans une battue, les prétadeurs assoiffés savourant d’avance la laillie…
      J’ai eu le coeur brisé moi aussi, juste qu’à un moment, l’amour implique un respect que la convoitise ignore…
      Merci de votre lecture…

    23. Sébastien 19 septembre 2015 à 11 h 28 min #

      J’ai vécu la même histoire avec une collègue de travail.
      Au final, elle a porté plainte contre moi pour lui avoir envoyé 3 emails non sollicités sur sa boite privée et pour avoir forcé une discussion qu’elle ne voulait pas.
      Ces faits sont assimilables à du harcèlement obsessionnel et je pouvais être poursuivi et sanctionné d’une condamnation pénale d’un an ou plus.
      Afin d’éviter les contacts, j’ai démissionné de mon poste.
      Si votre amour n’est pas réciproque, il est vivement recommandé de passer à autre chose.

    24. FLatess 17 mai 2016 à 15 h 14 min #

      Bonjour
      Je vis une obsession amoureuse depuis 2 ans et demi. Je ne sais comment m’en sortir.
      J’ai 30 ans. Lui 44 ans marié évidemment 2 enfants. Collègue de travail. Dès le début j’ai cru ressentir un coup de foudre. Il travaillait à l’époque au siège et bien que nous n’étions pas en binôme des qu il etait la, nous ne pouvions nous empêcher d’interagir ensemble. À multiplier les contacts, sourires, blagues à deux balles sans jamais au grand jamais dépasser les bornes. Puis il a été promu depuis 1 an et demi. Il est retourné dans sa région d’origine. Nos rencontres ne sont plus que très rares, uniquement 3 fois par an. Mais dès que nous nous voyions c’est la même magie à chaque fois et ma fixette reprend de plus belle.
      On a eu l’occasion de passer quelques soirées ensemble pour le boulot et à chaque fois on est tout le temps colles l’un à l’autre. Une fois on s’est même retrouvés seuls tous les deux j’ai bien cru qu on allait passer à l’acte mais non il etait tellement tendu qu il m’a communiqué son stress et rien n’a eu lieu et tant mieux…
      Je suis en couple maintenant je suis bien pourtant je n’arrive toujours pas à oublier cet homme que je ne vois que si peu.
      Nous avons le même désir de passer du temps ensemble et avons la même envie de trouver des sujets qui pourraient me permettre de descendre sur son site…
      Je cherche avec véhémence des sujets.
      Il me hante nuit et jour. Je rêve de lui, qu’ on s’embrasse, qu on vive cette histoire en cachette. Ça me prend trop d’énergie.
      Je n’arrive plus à m’en sortir. Comment me l’enlever de la tête ?

    25. Ana 17 juin 2016 à 23 h 56 min #

      J’ai 19 ans et ça faite quatre ans que je suis folle amoureuse. Je ne pense pas que pour moi c’est une fixette ou une obsession. Cet à dire, que j’arrive à ne pas y penser tout les jours et je arrive ausuis à être heureuse. Cependant, il est vrai que je ne veux pas être en couple tant que ça ne sera pas lui. Et je n’arriverai pas aimer quelqu’un d’autre. Le fait qu’il ne maime pas en retour cest pas que ça ne me dérange pas mais c’est surtout que je veux juste son bonheur.

    26. marie sand 26 novembre 2016 à 15 h 00 min #

      je suis une fille et je vis l’enfer depuis 3 ans.
      j’ai fait une fixette sur mon employeur et je suis devenue complètement folle d’amour pour cet homme jusqu’à en péter un cable.
      j’ai dû quitter mon poste en CDI car j’étais comme une droguée.
      je pensais à lui 24h sur 24.
      Aujourd’hui j’ai quitté l’entreprise depuis 2ans et je n’arrive pas à passer à autre chose,
      je pensais pouvoir l’oublier mais je n’y arrive pas pourtant je n’ai aucun contacte avec lui depuis deux ans mais rien n’y fait je souffre le martyr c’est horrible je le souhaite à personne.
      Des hommes ont essayé de me séduire et d’avoir des relations avec moi mais je ne peux pas j’ai l’impression de lui être infidèle alors qu’il ne sait jamais rien passé mon boss..
      je ne sais comment me sortir de ce cauchemar de ses larmes de cette dépression qui va me tuer à petit feu.
      sandrine

      • Fabien Delcourt 23 janvier 2017 à 19 h 02 min #

        À un moment, quand ça fait 3 ans, il faut se bouger les fesses Marie !

        Fais-toi aider de professionnels compétents : psychologue, hypnothérapeute… mais passe à l’action 🙂

    27. Laurence 31 janvier 2017 à 2 h 17 min #

      Bonjour ,
      J’ai été obseddé de quatre garçons dans ma vie dont un pendant 5 ans . Je crois vu qu’ils mont rejetter j’étais très déçu mais j’ai continué esperé, car j’avais face à eux ..Un ma fais du mal je crois que c’est plus un choc postromatique ..Mais les autres ont seulement refusé mes avances poliment et j’ai flipper ..C’est juste quand j’aime je veux tant ..Je suis une fille souffrant d’autisme il est donc difficile d’établir des liens avec les gens ..J’ai en se moment un copain mais je suis « obssedé » d’un autre ..Ce garçon est plus jeune que moi..Je lui ait adressé la parole une fois mais je le vois fréquemment car nous fréquentions les même lieux de culte ..Je peux pas dire que je suis amoureuse de lui car je le connait pas personnellement mais disons que j’ai un gros faible ..Et ça me fais mal il le sent et il m’évite ..Mais je pense sans cesse à lui je le vois chaque fois dans ma tête ..J’aimerai lui dire mais il risque de mal réagir ..Je voudrais pas le rendre mal à l’aise ..Plus que je suis la fille de leader de la communauté ..Pour les autres mecs que j’étais obseddé je ne les voyait plus et je fréquentait plus les lieux ce qui m’a fait les oublier ..Aussi je saute en faisait des mouvements autiste en pensant à lui le choquer parler de mon copain etc ..Je veux l’oublier avez vous des idées merci 🙂

    28. Igor 13 juin 2017 à 10 h 53 min #

      Bonjour,
      Pour ma part, je vis une obession amoureuse avec ma meilleure amie depuis 3 ans, j’ai rencontré cette fille durant mon adolescence; on a toujours été très proche et on se connait depuis plus de quinze ans.
      Quand j’ai rencontré ma copine à l’age de 20 ans, celle ci était très jalouse de notre relation et j’ai du coupé les ponts avec elle tout en pensant toujours à elle, j’étais déja amoureux de cette fille étant adolescent, elle est vraiment très belle et très classe, une fille inacessible pour moi… on a jamais flirté mais on avait déja dormi ensemble à cette époque comme des amis et nous étions déja toujours collés ensemble.
      Ca fait déja 11 ans que je suis avec ma copine que j’aime énormément, mais avec qui je n’aurai pas d’enfants, je regrette tout les jours de lui mentir mais j’aime cette fille, je l’ai dans la peau.
      Il y a 3 ans elle a repris contact avec moi tout d’abord par mail, relation que je cache à tout le monde..
      Je n’avais plus de news à cause de la jalousie de ma copine mais je savais qu’elle était partit au Canada.
      Puis les photos les messages ont augmentés, en 2015, j’ai débuté un régime pour lui plaire et grâce à elle j’ai perdu 60 kilos en 5 mois; chose que je n’ai jamais réussit à faire avant pourtant j’avais essayé tous les régimes et même une cure d’amaigrissement.
      J’ai changé physiquemeent grâce à elle, elle à littérallement changé ma vie, pour la remercier je lui offert des cadeaux que j’ai envoyé en cachette, ce n’était pas franchement la meilleure stratégie pour la draguer mais je sais qu’elle a apprécié.
      Je l’ai revu en France en 2016, je savais qu’elle avait besoin d’argent alors je lui donner une enveloppe pour qu’elle s’en sorte.
      En 2017, nous avons décidés de passer 3 jours au Ski ensemble; voyage que j’ai caché à ma copine que j’ai payé (elle a un petit budget), ca été pour moi dur de le cacher mais un vrai déclic, c’était tellement génial on été tellement proche; mains dans la main au spa, l’un contre l’autre durant 3 nuits, je n’ai pas osez franchir le pas mais à ce moment la je pense qu’il était encore trop tôt, elle est devenu depuis ce voyage ma drogue…
      Elle est très reservée sur ses sentiments, je pense qu’elle m’aime mais j’en suis pas sur, je lui dis tout le temps que je l’aime (à tort) et elle me le dit mais seulement quelques fois, je ne sais pas si c’est de la timidité ou simplement si elle m’aime seulement comme un ami.
      Depuis nous nous écrivons tous les jours, on se souhaite bonne nuit le soir par sms.
      Elle m’envoi des photos de son quotidien tous les jours, ca alimente mon obssession…
      Je rêve de la rejoindre, de changer de boulot, changer de vie, d’avoir des enfants avec elle car je sais qu’elle n’a pas d’enfant et elle désire fonder une famille.
      J’ai osé franchir le pas et elle sais que je l’aime.
      C’est très difficile d’imaginer qu’elle puisse faire sa vie avec quelqu’un d’autre.
      Elle m’a demandé l’autre jour de venir la rejoindre au Canada en évoquant une chanson qu’on aime, qu’elle avait des frissons … mais ne me le dis pas très franchement elle est toujours très réservée, moi de mon côté je suis prêt à prendre un avion pour la rejoindre 10 jours et débuter ou pas cet amour impossible ?
      Bon courage à toutes et à tous victimes d’obession amoureuse…

    29. Mélodie 29 juin 2017 à 16 h 09 min #

      Toujours compliquée et très douloureuse ces situations. Je suis une femme amoureuse d’une femme depuis 7 ans .Nous avons été ensemble mais très vite la relation est devenue platonique.Elle semblait ailleurs mais voulait que l’on soient amies.Nous etions tout le temps ensemble et dormions ensemble j’acceptais tout.Puis j’ai abandonné il y a un an et demi et j’ai attendu deseperemét qu elle me recontacte mais rien de rien.J etais partie et aucune reaction rien de rien …Je dirai que 18 mois plus tard je l’aime toujours et suis toujours obsedee par elle.Je n’espere plus car je sais qu elle ne reapparaitra pas ce qui n’empeche pas ma douleur d etre toujours fortement presente.

    Laisser un commentaire