comment-vivre-sa-vie-a-110

5 conseils pour progresser efficacement dans tous les domaines

Se mettre à un instrument de musique et abandonner au bout de quelques semaines.

Commencer un sport et arrêter parce qu’on progresse trop lentement.

Apprendre une nouvelle compétence et abandonner parce qu’on a l’impression de stagner.

Est-ce que ces situations vous parlent ? Si oui, bienvenue au club, vous n’êtes pas seul. En réalité c’est un phénomène normal. C’est le processus même de l’apprentissage. Il est impossible de commencer quelque chose de nouveau et d’être bon tout de suite. Voilà pourquoi il est important de connaître le processus en 4 étapes pour progresser rapidement et efficacement dans n’importe quel domaine.

Vous souhaitez vous mettre au sport ? Commencer un instrument ? Apprendre à séduire les filles ? Alors vous êtes au bon endroit, suivez le guide !

L’incompétence inconsciente

Avant de démarrer une activité, on commence toujours par une étape que l’on appelle l’incompétence inconsciente.

Cela signifie que l’on n’est pas conscient d’être incompétent.

Prenons l’exemple d’un bébé. Celui-ci n’est pas conscient qu’il ne sait pas parler. Il n’est pas non plus conscient de toutes les capacités qu’il va pouvoir développer des années après. C’est pareil pour nous. Il y a plein de choses que l’on peut réaliser mais dont nous n’avons pas conscience.

Pour prendre mon propre exemple, il y a une dizaine d’années je ne savais pas que j’étais incompétent à séduire les filles. J’étais inconsciemment incompétent, je n’avais pas encore réalisé que je n’avais pas cette habilité de séduction.

Ensuite je suis passé à la deuxième étape que nous allons voir tout de suite.

L’incompétence consciente

Après l’incompétence inconsciente, on passe systématiquement par l’incompétence consciente.

Pour reprendre mon exemple, c’est l’année de mes 16 ans, lorsque j’ai réalisé que je ne savais véritablement pas séduire les filles. C’est une étape qui peut être douloureuse, ça apparaît souvent comme une nouvelle difficile, comme un diagnostic qui tombe.

On découvre que l’on est mauvais dans le domaine en question.

Mais pas de panique, c’est normal ! On débute dans ce domaine, donc c’est tout à fait normal de ne pas maîtriser cette nouvelle aptitude.

À partir de là, on va commencer à apprendre. Souvent les gens abandonnent dans cette deuxième étape du processus. Ils commencent une activité et au bout de quelques jours ou semaines ils se disent que c’est trop difficile pour eux, qu’ils n’en sont pas capables.

Donc ils arrêtent. Sauf que ça ne peut pas fonctionner si l’on s’arrête au début d’une pratique. Évidemment qu’on ne devient pas expert d’un domaine en deux semaines.

Il faut accepter le fait que l’on est incompétent dans ce que l’on démarre et qu’il faut apprendre.

L’enfant, lorsqu’il commence à marcher, il tombe des centaines et des centaines de fois, même des milliers de fois. Et pourtant il persévère. Il ne se dit pas « bon, j’en ai marre de tomber, je vais arrêter d’essayer de me mettre debout. » Il essaye, une fois après l’autre, tant et si bien qu’il finit par réussir.

Vous devez faire comme cet enfant qui apprend à marcher. Étudiez votre nouvelle matière, lisez des livres et pratiquez. Par exemple si vous voulez apprendre le ukulélé, achetez 2 ou 3 livres sur cet instrument. Apprenez les bases et commencez à pratiquer. Au début ce que vous jouerez ne ressemblera à rien, ce n’est pas grave. Croyez-vous que Chopin est devenu Chopin en deux semaines ? Et pour Schwarzenegger ?

Certainement pas. Ce genre de capacité résulte d’un nombre incalculable d’heures de pratique.

La compétence consciente

Voici la troisième étape. C’est la période où l’on commence à gérer la nouvelle aptitude que l’on cherche à développer. Avec la force de la pratique, on arrive à maîtriser.

Pour reprendre l’exemple de la séduction, c’est le moment où on arrive à séduire les filles, on comprend le mécanisme. On sait qu’il faut écouter, que c’est important de savoir observer le langage du corps pour adapter noter communication et même si on arrive à le faire plutôt bien, on doit être attentif en permanence parce que ce n’est pas un automatisme. Nous ne sommes pas encore au stade la compétence inconsciente.

En ce qui concerne le ukulélé, c’est le moment où l’on arrive à jouer un morceau mais que nous devons regarder là où on met les doigts. On fait encore attention à chaque note que l’on joue.

On devient compétent et c’est agréable de voir que l’on progresse.
Cependant certaines personnes s’arrêtent là, elles abandonnent parce qu’elles pensent qu’elles stagnent.

En réalité, la répétition est nécessaire pour que l’automatisme s’ancre dans l’inconscient et que l’on devienne inconsciemment compétent.

C’est à ce moment qu’il faut développer ce qu’on appelle la persévérance. Rien ne résiste à la puissance de la répétition.

La compétence inconsciente

À force de persévérer, on finit par passer de la compétence consciente à la compétence inconsciente.

Là, on arrive au stade ultime de la maîtrise. C’est le stade où l’on aborde une fille dans la rue et on a les bons automatismes pour dire ce qu’il faut au moment où il faut, où on sait s’adapter en fonction de la situation, en fonction de son langage non verbal.

C’est le stade où on joue un morceau sans regarder où on met les doigts parce qu’on sait. On connaît notre morceau et on n’a pas besoin de réfléchir à chaque note. Cela se fait « tout seul ».

Ce 4ème stade est le stade ultime de la progression. Je vais maintenant vous donner quelques astuces pour arriver à ce stade de la compétence inconsciente.

5 astuces pour développer la maîtrise

  • L’approche des petits pas : J’aime beaucoup cette approche des petits pas qui consiste simplement à progresser petit à petit, un pas après l’autre. Cherchez juste à faire mieux aujourd’hui que hier. Ne cherchez pas à être un expert en une semaine. Cherchez juste à faire un tout petit mieux que hier. C’est ainsi que vous progresserez le mieux
  • Développer sa persévérance : La persévérance est indispensable dans le développement d’une compétence. Si vous abandonnez à la moindre difficulté, soyez sûr de ne jamais y arriver. Laissez votre ego de côté, acceptez de vous planter et foncez. Adoptez une discipline quotidienne et persévérez. La persévérance paie toujours
  • Accepter le processus : Pour devenir un expert dans un domaine, vous devez impérativement accepter le processus en 4 étapes de la maîtrise. Vous ne pouvez pas passer au travers. Vous avez peut-être envie de passer l’étape de l’incompétence consciente mais ce n’est pas possible. Acceptez le fait que vous allez passer par ces 4 étapes, persévérez et tout ira bien !
  • La puissance de l’engagement : L’engagement est quelque chose de très puissant. Trouvez-vous un partenaire d’entraînement par rapport à la compétence que vous voulez développer : séduction, ukulélé, musculation, apprentissage de l’anglais, prise de parole en public… Engagez-vous à vous entraîner ensemble, c’est un facteur de motivation énorme. Vous pouvez aussi vous engager auprès de vos proches, ainsi vous aurez une pression extrinsèque qui vous obligera à persévérer pour ne pas perdre la face.
  • Se fixer une deadline : Enfin, la 5ème astuce qui, pour moi, est une des plus puissantes, c’est se fixer une limite de temps. Par exemple si vous voulez vous mettre à la guitare, organisez un concert privé devant 20 personnes dans 10 mois pile. Créez l’événement, invitez les gens et vous ne pourrez pas faire demi-tour. Vous allez progresser avec un but et cela fera toute la différence : vous savez pourquoi vous le faites. Si c’est pour l’apprentissage d’une langue, débrouillez-vous pour fixer une date à laquelle vous allez faire une conférence dans la langue en question. C’est très puissant.

Voilà, nous en avons fini. Vous avez en main tout ce qu’il faut pour devenir un expert dans n’importe quel domaine de votre choix.

À vous la voie de la maîtrise !

Dans quel domaine allez-vous exceller maintenant ? Répondez-moi dans les commentaires !

 

Par Fabien, créateur de talents

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire